NOUVELLES

Les patineuses de vitesse canadiennes veulent repousser leurs limites

16/11/2014 07:13 EST | Actualisé 16/01/2015 05:12 EST

MONTRÉAL - Les patineuses de vitesse canadiennes ont terminé la Coupe du monde courte piste de Montréal sur une fausse note, dimanche, quand elles ont raté un podium au relais 3000 mètres.

Les Canadiennes semblaient pourtant en voie de remporter la médaille de bronze. Mais Marianne St-Gelais en voulait plus. Elle a tenté un ultime dépassement dans le dernier virage et elle s'est finalement retrouvée dans les matelas.

Le rayon de soleil de Saint-Félicien n'avait aucun regret après coup.

«Nous étions troisièmes à ce moment-là, mais je ne voulais pas me contenter d'une 3e place, s'est justifiée St-Gelais. Nous pouvions y aller pour la deuxième. J'ai tout essayé. Malheureusement ça n'a pas fonctionné.»

St-Gelais explique que le mot d'ordre au sein de l'équipe en ce début de saison, c'est de prendre tous les risques afin de s'améliorer.

«On ne s'assoit pas sur des troisièmes places, rarement aussi sur des deuxièmes. Cette année, la 'game' est différente. Nous sommes plus proches des Coréennes et des Chinoises. Et cette médaille d'or, nous ne l'avons pas encore eue mais nous la voulons. Nous sommes donc prêtes à prendre des risques, à pousser nos limites comme nous l'avons fait aujourd'hui.»

L'entraîneur de l'équipe féminine, Frédéric Blackburn, a abondé dans le même sens que sa patineuse.

«Au relais, Marianne y est allée le tout pour le tout et c'était la chose à faire. Nous voulions gagner une position. Je ne veux pas qu'on se contente de la deuxième place. Et pour être meilleures, elles doivent repousser leurs limites.

«Notre approche pour elles cette saison, ça ne sert à rien d'être bonnes quand vous pouvez être meilleures.»

Blackburn a d'ailleurs souligné que c'est la même attitude qui anime les Coréennes et les Chinoises. À son avis, il est dangereux de vouloir seulement maintenir sa place afin de s'assurer un podium.

«Avec cette mentalité, on peut finir par le perdre.»

Les Coréennes ont finalement remporté le relais, devant les Italiennes et les Russes.

St-Gelais et Blackburn n'étaient pas davantage décontenancés par la récolte d'une seule médaille de l'équipe canadienne pendant le week-end — l'argent de St-Gelais samedi au 500m.

«J'ai confiance en mon équipe, a dit St-Gelais. Je sais que nous avons beaucoup à montrer. C'est dommage que nous n'ayons pas réussi à le faire ce week-end. Mais nous allons rebondir.»

Blackburn a pour sa part trouvé encourageant les performances des jeunes Joanie Gervais (6e au 1500m) et Kasandra Bradette, victime d'une pénalité en quarts de finale du 500 mètres, dimanche.

«J'ai vu de belles choses de la part des filles. La disqualification de Kasandra est discutable et je ne suis pas satisfait de la décision. Elle s'est montrée à l'aise dans ses dépassements et elle apprend vite à jouer dans le trafic.»

La finale du relais 5000 mètres messieurs — où le Canada ne s'était pas qualifié à la suite de la chute de Charles Hamelin en vagues éliminatoires vendredi — a été l'affaire de la Corée. La Hongrie et la Grande-Bretagne ont complété le podium.

PLUS:pc