NOUVELLES

Tensions entre Stephen Harper et le président russe au Sommet du G20

15/11/2014 08:47 EST | Actualisé 15/11/2014 08:47 EST
Radio-Canada

Les dirigeants du G20 ont commencé leur Sommet annuel qui se tient en Australie dans une atmosphère tendue, en raison de la colère de l'Occident envers le président russe Vladimir Poutine. D'ailleurs, lors d'une première rencontre de dirigeants, le premier ministre Harper et M. Poutine ont eu un échange de mots musclé.

Le premier ministre canadien a profité d'une discussion informelle avec des collègues, en début de Sommet, pour sommer son homologue russe de quitter l'Ukraine.

Stephen Harper discutait avec un groupe d'homologues lorsque le président russe s'est approché de lui, selon M. MacDonald. Il a tendu la main vers Stephen Harper, qui a fait de même en lui disant : « Je vais vous serrer la main, mais je n'ai qu'une chose à vous dire : "Vous devez quitter l'Ukraine" ».

Le directeur des communications de Stephen Harper, Jason MacDonald, qualifie la réaction de Vladimir Poutine de « pas très positive ».

Un porte-parole de la délégation russe a confirmé la déclaration du premier ministre canadien. Niant la présence russe en Ukraine, le président Poutine aurait répondu qu'il lui était impossible de se retirer de l'Ukraine puisqu'il n'y était pas.

Le président russe a l'intention de boycotter une réunion de travail prévue dimanche, dans le cadre du sommet G20.

Le président russe Vladimir Poutine entend quitter plus tôt que prévu le sommet, a indiqué une source au sein de la délégation russe. Le président russe participera aux réunions du sommet mais ne sera pas présent lors d'un déjeuner officiel et parlera devant la presse plus tôt que prévu, précise la source.

Des relations tendues au coeur du sommet

Les relations entre le Canada et la Russie restent tendues en ce début de sommet. Le Canada a ouvertement critiqué l'annexion de la Crimée par la Russie, et imposé une série de sanctions contre des dirigeants russes.

L'Union européenne envisage quant à elle d'infliger de nouvelles sanctions financières à des personnalités russes en raison de la poursuite du conflit ukrainien, a averti la chancelière allemande Angela Merkel.

« La situation actuelle n'est pas satisfaisante. L'ajout de personnalités sur la liste est actuellement à l'ordre du jour », a-t-elle déclaré, s'adressant à la presse lors du sommet.

Angela Merkel, qui devait s'entretenir avec Vladimir Poutine, ne s'attend à aucun « changement positif soudain » après ces discussions.

Le premier ministre britannique David Cameron a pour sa part souhaité que les relations entre la Russie et les puissances occidentales « s'améliorent ».

Les pays s'engagent à éradiquer l'épidémie Ebola

Parmi les autres sujets de discussion au sommet, les vingt pays les plus riches du monde ont promis « d'éradiquer » l'épidémie d'Ebola, qui a fait plus de 5000 morts en Afrique de l'Ouest et touche désormais un autre pays de la région, le Mali.

Les membres du G20 ont dit « s'engager à faire tout ce qu'il faut pour faire disparaître l'épidémie et à couvrir ses conséquences économiques et humanitaires à moyen terme ». Le texte ne révèle toutefois aucun engagement financier tangible.

Avec les informations de Daniel Thibeault

À VOIR AUSSI:

Émeutes au Sommet du G20