NOUVELLES

Quand les réseaux sociaux viennent en aide aux itinérants

15/11/2014 12:41 EST
Radio-Canada

En lançant leur page « Portraits de Montréal », trois jeunes photographes de rue ne pensaient pas avoir un impact sur la vie de personnes itinérantes à Montréal. Leur page, qui s'inspirait de celle du photographe new-yorkais Brandon Stanton, Humans of New York, suivie par plus de 10 millions de personnes, a entraîné une réaction spontanée pour venir en aide à un sans-abri et à son chien.

Un reportage d'Anne-Louise Despatie

Auparavant dans la rue, David a maintenant un appartement et même un travail dans un atelier de carrosserie depuis quelques jours.

Les photos d'une vingtaine de sans-abri, qui ont circulé sur la page Portraits de Montréal, se retrouvent sur le blogue « Humans of the Street ». On peut y lire leur histoire, mais aussi des informations sur ce qu'ils aiment. Plusieurs se sont ainsi faits de nouveaux amis qui les reconnaissent dans la rue.

Le projet est bénévole pour ces jeunes photographes, mais il leur sert aussi de vitrine professionnelle. Avec ces contrats qu'ils obtiennent, ils espèrent pouvoir continuer leur mission sociale et s'occuper d'autres personnes qui vivent dans la rue.

Gilles et Fernand ont l'impression d'être sortis de l'anonymat. Plein de gens leur disent qu'ils les ont vus sur Facebook. « Même si on est dans la rue, on se sent appréciés. Les gens nous disent qu'ils ont vu nos photos et il y a un bon contact et un bon échange à cause de ça », nous dit Fernand (à droite sur la photo).

« On a réussi à trouver un appartement pour David et son chien. Et nous avons fait une campagne de sociofinancement qui a récolté plus de 4000 $ pour payer à David des loyers d'avance et pour qu'il puisse se remettre en forme, parce qu'il a passé six mois dans la rue. Il terminait un traitement de deux ans de méthadone pour se désintoxiquer de 35 ans de dépendance à l'héroïne », explique Mikaël Theimer, cofondateur et photographe de Portraits de Montréal.

Après avoir passé six mois dans la rue, David a retrouvé un toit et même du travail dans un atelier de carrosserie depuis quelques jours.

David (ici avec son chien Diamond) n'en revient pas de voir le nombre de gens qui ont réagi à sa photo et à son histoire publiées sur Facebook. « Tous ces jeunes qui venaient s'asseoir à côté de moi pour parler et prendre un café avec moi. Et pour finir par me faire un gros câlin... », raconte-t-il.

« J'appellerais les gens à essayer, pas juste de passer sans regarder, mais de s'arrêter, de discuter. David, on espère que ce ne sera que le premier. Maintenant qu'on a prouvé qu'on arrive à faire une différence pour lui, on va passer à la personne suivante. Ce n'est que le début, j'espère », souhaite le photographe Mikaël Theimer.

Portraits de Montréal a publié les photos de 600 Montréalais et un petit morceau de leur histoire personnelle. Mikaël Theimer a ainsi rencontré Marvin Morris, un passionné de ski de 81 ans qui se souvient de ses premières descentes sur le mont Royal. Mikaël aime faire ces rencontres. « J'ai ma caméra avec moi et les yeux grands ouverts. Je regarde les gens qui m'inspirent, qui m'attirent au hasard et je les approche », dit Mikaël Theimer.

Photos : Anne-Louise Despatie

INOLTRE SU HUFFPOST

Les «pics» anti-itinérants sont retirés au Archambault du centre-ville de Montréal