POLITIQUE

Stephen Harper n'appuie aucune guerre contre les pays du Moyen-Orient

14/11/2014 09:55 EST | Actualisé 14/11/2014 09:57 EST
PETER PARKS via Getty Images
Canada's Prime Minister Stephen Harper and his wife Laureen arrive at the airport in Brisbane to take part in the G20 summit on November 14, 2014. Australia hosts the leaders of the world's 20 biggest economies for the G20 summit in Brisbane on November 15 and 16. AFP PHOTO / PETER PARKS (Photo credit should read PETER PARKS/AFP/Getty Images)

AUCKLAND, Nouvelle-Zélande - À la veille du sommet du G20, en Australie, qui portera en partie sur la crise en Syrie et en Irak, Stephen Harper a déclaré que le Canada n'offrirait pas son appui à une guerre contre le gouvernement syrien ou toute autre nation du Moyen-Orient, mais bien seulement contre le groupe armé État islamique (ÉI).

Le premier ministre a tenu ces propos en conférence de presse, vendredi, quelques heures après qu'une représentant militaire eut révélé que les avions de chasse canadiens n'ont détruit que deux cibles du groupe ÉI en près de deux semaines.

Le commandant de la mission a indiqué que le succès ne pouvait se mesurer par le nombre de bombes larguées, soulignant que la campagne mettait le groupe ÉI sur la défensive.

Le président américain Barack Obama a pour sa part apparemment développé une nouvelle stratégie visant à éliminer le groupe, stratégie qui s'appuie sur une action militaire contre le président syrien Bachar al-Assad. Les Américains croient en effet que M. al-Assad est responsable de la montée du groupe ÉI en Syrie.

M. Harper a rappelé que son gouvernement demandait depuis longtemps la démission du leader syrien, mais il a ajouté que "la seule façon d'obtenir une solution en Syrie est d'en arriver à un compromis entre les éléments modérés de l'opposition et les éléments modérés du gouvernement".

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Harper a TOUJOURS le pouce en l'air