NOUVELLES

Les antécédents des chauffeurs de taxi seront vérifiés

14/11/2014 05:59 EST | Actualisé 16/11/2014 12:04 EST
Radio-Canada

Tel que l'annonçait Radio-Canada vendredi, les antécédents judiciaires des chauffeurs de taxi seront dorénavant vérifiés, ont annoncé dimanche le ministre des Transports Robert Poëti et le maire de Montréal Denis Coderre.

S'ils ont des antécédents criminels, quels qu'ils soient, les chauffeurs de taxi verront leur dossier évalué avant obtenir un permis d'opération.

S'ils n'ont aucun antécédent judiciaire, le Bureau du taxi, à Montréal, et la Société d'assurance automobile du Québec, à l'extérieur de la métropole, devraient leur délivrer un permis. Mais s'ils ont été reconnus coupables d'une infraction, le permis pourrait leur être carrément refusé.

Concrètement, le demandeur de permis devra fournir un certificat de recherche attestant qu'une vérification de ses antécédents judiciaires a été réalisée. Ce document devra être présenté soit à la Société de l'assurance automobile du Québec, ou au Bureau du taxi au moment du renouvellement du permis.

Le dossier judiciaire devra être vierge pour les cinq dernières années, une mesure qui s'appuie sur l'article 26 de la Loi concernant les services de transport par taxi.

« Le statu quo n'est pas une solution viable puisqu'il risque de rompre le lien de confiance entre l'industrie et la clientèle », a affirmé le ministre Poëti par voie de communiqué. « Je crois donc que la très grande majorité des chauffeurs, qui sont des travailleurs honnêtes et dévoués, y trouveront également leur compte ».

« Nous faisons un pas de plus vers une industrie encore plus moderne, professionnelle et sécuritaire », a quant à lui affirmé Denis Coderre.

Pour les nouveaux chauffeurs, la mesure entrera en vigueur le 1er décembre. Pour ceux qui détiennent déjà un permis, c'est au moment du renouvellement, à partir du 1er janvier, qu'ils devront se soumettre à cette nouvelle démarche.

La procédure touchera environ 11 000 taxis à Montréal et quelque 6000 autres dans le reste de la province.

L'industrie du taxi au Québec, et particulièrement à Montréal, fait face à de nombreux défis, notamment l'arrivée du nouveau service de « covoiturage citoyen » UberX.

La question de la sécurité dans les taxis, celle des chauffeurs et celle des clients, est aussi revenue au-devant de l'actualité dans les derniers mois.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les taxis noirs londoniens, anciens et futurs