NOUVELLES

Économie de 12 millions $: Québec renonce au suffixe Web «.quebec»

14/11/2014 04:05 EST | Actualisé 14/01/2015 05:12 EST

QUÉBEC - Le gouvernement Couillard a décidé de mettre un point final à sa participation à l'aventure PointQuébec, une économie de 12 millions $ de fonds publics, selon ce qu'a appris La Presse Canadienne vendredi de source gouvernementale.

Cela signifie en clair que Québec renonce à changer d'identité gouvernementale Web et conserve le suffixe «.gouv.qc.ca», au lieu de migrer vers «.quebec».

Dans un contexte de compressions budgétaires, on a jugé à Québec que le coût d'une telle migration Web était trop élevé.

La nouvelle sera sans doute reçue comme une douche froide par l'organisme PointQuébec, qui milite depuis 2008 pour afficher sur la toile une identité québécoise distincte, en implantant l'adresse «.quebec», tant au sein du gouvernement que dans les entreprises québécoises.

L'organisme sans but lucratif, un registre Internet, avait réservé le nom de domaine «quebec», un suffixe qui fera son entrée de toute façon sur le Web mardi prochain, le 18 novembre, mais sans l'appui attendu du gouvernement, le morceau principal du casse-tête.

Alors que Québec gratte les fonds de tiroir et réévalue chaque dépense, la perspective de procéder à cette migration numérique, à ce moment-ci, n'a pas fait l'unanimité au sein du gouvernement et n'a pas été considérée prioritaire.

Le gouvernement fait donc marche arrière. Depuis 2008, Québec avait déjà investi 1,6 million $ dans l'aventure. Mais après analyse, ces derniers mois, on a conclu qu'un investissement additionnel de près de 12 millions $, nécessaire pour aller de l'avant, ne constituait pas une utilisation judicieuse des fonds publics.

Dans une lettre obtenue par La Presse Canadienne, transmise lundi dernier à tous les sous-ministres et dirigeants d'organismes, le secrétaire général associé à la communication gouvernementale, Christian Lessard, écrit qu'après analyse des impacts financiers et technologiques, le gouvernement a décidé «de ne pas migrer pour le moment vers le .quebec et de maintenir le standard sous le gouv.qc.ca».

Malgré ce désistement et dans le but de protéger «l'intégrité du gouvernement du Québec sur Internet», il a été convenu au Conseil exécutif de bloquer certaines adresses numériques qui ne pourront pas être utilisées par des tiers. Il s'agit des adresses suivantes: «gouv.quebec», «gov.quebec», «gouvernement.quebec», «gqc.quebec», «gouvqc.quebec» et «gouvdu.quebec».

En septembre, dans une autre lettre sur le même sujet, M. Lessard avait commandé à tout l'appareil gouvernemental de ne pas effectuer la migration numérique, en attendant que le gouvernement prenne position dans ce dossier.

Depuis des mois, PointQuébec attendait impatiemment que le gouvernement fasse enfin son lit, la période de préenregistrement des noms de domaine prenant fin dans les prochains jours.

L'organisme faisait valoir que le Québec aurait été la seule province canadienne à avoir une adresse Web distincte et une identité claire.

PointQuébec soutient que le nom de domaine va aider les entreprises touristiques et les multinationales à se rapprocher de leur clientèle au Québec et les entreprises souhaitant vendre des produits du Québec à se développer.

Dans le passé, le projet défendu par PointQuébec avait été approuvé par tous les partis représentés à l'Assemblée nationale, dans le cadre d'une motion déposée en Chambre en juin 2008 et qui promettait d'aider «au succès de nos entreprises et de faire progresser les intérêts du Québec sur la scène internationale».

Le ministre Raymond Bachand avait pris la parole en Chambre, à cette occasion, pour «encourager les promoteurs de PointQuébec à travailler en vue d'obtenir cette extension générique de premier niveau dans l'Internet qui nous sera exclusive».

PLUS:pc