NOUVELLES

Les cégeps et les universités sont capables d'absorber les coupes, selon Bolduc

13/11/2014 04:02 EST | Actualisé 13/01/2015 05:12 EST

QUÉBEC - Les nouvelles coupes de plus de 40 millions $ imposées aux cégeps et aux universités du Québec sont «raisonnables», estime le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc.

Le ministre a annoncé plus tôt cette semaine une nouvelle ronde de compressions de 31,6 millions $ touchant les universités, une somme qui s'ajoute à l'effort de 172 millions $ déjà exigé pour l'année 2014-2015. Quant à eux, les 48 cégeps devront trouver une façon de sabrer 19 millions $ supplémentaires, additionnés aux compressions de 22 millions $ inscrites dans le budget du ministre des Finances, Carlos Leitao, présenté en juin.

En point de presse, jeudi, le ministre Bolduc a soutenu que le réseau des cégeps et des universités disposait de «la marge de manoeuvre» nécessaire pour répondre à la commande du Conseil du trésor, sans affecter les services «directs» aux élèves.

Face aux exigences de l'État, les dirigeants des institutions devront peut-être devoir «regarder dans leur cour» pour dégager des économies, a convenu le ministre, suggérant des coupes dans les voyages à l'étranger, les services administratifs et un «ralentissement» dans le développement de certains projets.

À son avis, «pas un seul élève» ne sera pénalisé par ce nouveau coup de faucille lié à l'atteinte de l'équilibre budgétaire.

«Quant à moi, la demande est raisonnable, a justifié M. Bolduc. Avec ce qu'on demande aujourd'hui, on devrait être capable d'atteindre l'équilibre budgétaire pour 2014-2015 sans toucher aux services directs aux élèves.»

PLUS:pc