NOUVELLES

L'attaque canadienne en Irak aurait fait des morts parmi les troupes de l'État islamique

13/11/2014 11:35 EST | Actualisé 13/01/2015 05:12 EST

OTTAWA - L'attaque aérienne du 11 novembre menée par des avions canadiens aurait fait des morts parmi les combattants du groupe État islamique (EI).

Le colonel Daniel Constable, commandant de la Force opérationnelle interarmées en Irak, n'a pu donner le nombre de combattants tués, alors que la Défense nationale tenait jeudi une conférence téléphonique pour faire une mise à jour de la mission canadienne contre l'EI.

«Les premiers rapports indiquent qu'il pourrait y avoir eu des victimes chez l'EI», a offert le militaire, en ligne depuis Koweit City.

«L'évaluation des dommages infligés par l'attaque montre que la cible principale, la pièce d'artillerie, a été détruite et qu'il y a probablement eu des victimes chez l'EI», a-t-il ajouté, sans toutefois fournir de chiffres.

«Cette pièce d'artillerie a d'abord été découverte, cachée derrière des arbres d'où elle tirait sur les forces irakiennes (au sol)», a raconté le colonel.

Les images vidéo de quelques secondes publiées par les Forces armées canadiennes montrent un véhicule ou deux, en déplacement sur une route, avant d'être détruits par une explosion. À la Défense nationale, on a précisé que la pièce d'artillerie était «remorquée» par un véhicule au moment de l'attaque.

Le colonel Constable a assuré qu'il n'y a eu aucune victime civile ni dommages collatéraux. Les militaires avaient donné les mêmes assurances après la première attaque canadienne.

Mais contrairement au point de presse offert après l'attaque du 2 novembre, celle qui a détruit un camion, les militaires étaient prêts, cette fois, à dire que des combattants de l'EI ont été tués par les frappes canadiennes.

Le militaire estime que les frappes aériennes sont efficaces, que les combattants de l'EI se mettent plus souvent à couvert pour y échapper. Et ceci, selon lui, mine leur capacité de s'attaquer à l'armée irakienne.

Mais cela aurait aussi pour effet de limiter le nombre de cibles pour les avions canadiens.

«Ils cachent leurs cibles. C'est une des raisons pour laquelle il y a moins de cibles et c'est un peu plus difficile de trouver les cibles (...) et ça, c'est une indication (...) qu'ils sont sur la défensive et non (plus) sur l'offensive», de l'avis du colonel Constable.

L'attaque du 11 novembre s'est produite à Bayji, à 200 km au nord-ouest de Bagdad.

C'est la deuxième fois, en 68 sorties, que des avions canadiens attaquent l'EI. Les appareils militaires canadiens, six CF18, deux Auroras et un Polaris, ne sont pas tous des avions d'attaque.

Les Auroras et le Polaris servent d'avions de reconnaissance et de ravitaillement et donnent appui aux forces des autres pays engagés dans cette guerre.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'État islamique en 7 points