NOUVELLES

Transition vers le secteur numérique: étape franchie pour Yellow Média

12/11/2014 08:16 EST | Actualisé 12/01/2015 05:12 EST

MONTRÉAL - Malgré des résultats en baisse, la transition de Yellow Média vers le numérique a franchi une étape au troisième trimestre puisque les revenus de ce secteur ont, pour la première fois, contribué à plus de la moitié de son chiffre d'affaires consolidé.

Cela a semblé plaire aux investisseurs, puisque l'action de la société montréalaise s'est appréciée de 2,10 $, soit 13,1 pour cent, pour clôturer à 18,10 $ à la Bourse de Toronto.

«Nous avons franchi une étape importante et notre transformation va dans la bonne direction», a affirmé le président et chef de la direction de l'entreprise, Julien Billot, au cours d'une conférence téléphonique destinée aux analystes financiers.

Cela n'a toutefois pas empêché l'éditeur de l'annuaire des Pages Jaunes d'afficher des profits et des revenus en baisse pour son trimestre clos le 30 septembre.

Son bénéfice net a plongé de 35 pour cent pour s'établir à 26,5 millions $, ou 98 cents par action, par rapport à 41,2 millions $, ou 1,51 $ par action, lors du troisième trimestre de 2013.

Quant à ses revenus, ils ont fléchi de huit pour cent pour s'établir à 214,8 millions $, alors qu'ils avaient été de 237,4 millions $ à la même période l'année dernière.

La performance trimestrielle de Yellow Média (TSX:Y) n'a pas atteint la cible des analystes sondés par Thomson Reuters, qui s'attendaient en moyenne à un profit par action de 99 cents ainsi qu'à des revenus de 222 millions $.

«La société continue d'enregistrer des progrès en ce qui a trait au respect et à la mise en oeuvre du plan de retour à la croissance», a nuancé M. Billot, à la barre de la société depuis le 1er janvier dernier.

Ultimement, Yellow Média souhaite accroître sa visibilité sur les écrans d’appareils mobiles pour mieux concurrencer des géants comme Google, Yahoo et Bing lorsque vient le temps d’attirer des consommateurs qui fouillent le Web à la recherche d’entreprises et de services.

Le patron de l'entreprise établie à Montréal a souligné que les revenus tirés des médias numériques représentaient 52 pour cent du total du chiffre d'affaires, par rapport à 42,8 pour cent à la même période en 2013.

M. Billot prévoit un retour à la croissance des revenus et du bénéfice d'exploitation en 2018. Il avait déjà indiqué que sa stratégie prévoyait des dépenses d’investissement oscillant entre 85 et 90 millions $ cette année et entre 70 et 75 millions $ l’an prochain.

Au total, les revenus du secteur numérique se sont établis à 113,6 millions $ au cours du troisième trimestre, en hausse de 11,9 pour cent comparativement à l'année dernière.

Le nombre de visites effectuées sur ses médias fixes et mobiles a affiché une progression, à 110,2 millions comparativement à 100,4 millions lors du troisième trimestre de 2013.

«Cela est un peu mieux que ce à quoi on s'attendait», écrit dans une note de recherche l'analyste Haran Poser, de RBC Marchés des capitaux.

Aravinda Galappatthige, de Canaccord Genuity, a qualifié d'«encourageante» la performance trimestrielle de Yellow Média.

L'analyste estime que le recul de 26 pour cent du bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements à 75,3 millions $ s'explique par certains investissements, notamment en publicité ainsi que dans l'équipe des ventes.

«Nous croyons que ces investissements sont près d'un sommet et que le quatrième trimestre devrait représenter un creux en qui a trait aux marges», écrit-il dans une note de recherche.

Le repli du secteur des médias imprimés s'est quant à lui poursuivi puisque son chiffre d'affaires a glissé de 22,8 pour cent d'un exercice à l'autre pour s'établir à 104,8 millions $.

Yellow Média, qui compte quelque 2900 employés à travers le Canada, traverse depuis quelques années une douloureuse restructuration qui a entraîné de nombreuses mises à pied.

PLUS:pc