NOUVELLES

WSP Global se dit optimiste à l'endroit de ses activités au Canada

11/11/2014 08:44 EST | Actualisé 11/01/2015 05:12 EST

MONTRÉAL - La division canadienne de WSP Global devrait reprendre du poil de la bête, croit la direction de l'entreprise, puisque d'importants contrats seront bientôt octroyés dans l'Ouest et que ses activités semblent se redresser dans l'Est.

«J'espère que nous serons en mesure de tourner la page au quatrième trimestre et que nous verrons un élan positif en 2015», a affirmé mardi son président et chef de la direction, Pierre Shoiry.

En conférence téléphonique visant à discuter des résultats du troisième trimestre, M. Shoiry a souligné qu'il s'attend également à un quatrième trimestre peu vigoureux en Grande-Bretagne, mais prévoit une certaine reprise dès le trimestre suivant.

Les revenus de la firme de génie-conseil québécoise ont progressé de 49 pour cent au Canada, notamment grâce à l'acquisition de la société albertaine Focus.

Cela a toutefois été neutralisé en partie par le repli des activités dans l'Est du Canada. Les revenus internes se sont ainsi repliés de 4,4 pour cent au troisième trimestre, ce représente tout de même une amélioration par rapport à un recul de 11,3 pour cent au trimestre précédent.

Le dirigeant de WSP Global (TSX:WSP) a indiqué que pour l'instant, il n'avait pas noté un recul des activités de la firme en Alberta dans les secteurs industriel et des hydrocarbures, et ce, en dépit du recul du prix du baril de pétrole.

«Les perspectives sont bonnes pour le moment, a-t-il dit aux analystes financiers. Nous allons voir comment l'industrie va se comporter.»

Pour l'Est du Canada, le redressement de WSP Global pourrait bien passer par l'obtention d'un des deux importants projets d'infrastructure au Québec — le nouveau pont Champlain ainsi que l'échangeur Turcot. Dans les deux cas, l'entreprise fait partie de consortiums ayant soumissionné.

«Ces projets majeurs pourraient certainement nous donner un bon élan si nous devions être privilégiés de pouvoir travailler sur l'un des deux chantiers», a dit M. Shoiry.

Quant à sa performance au troisième trimestre, WSP Global a vu ses profits bondir de 36 pour cent, puisque sa croissance interne dans le reste du monde a permis d'absorber les reculs enregistrés au Canada.

Le bénéfice net de la société s'est établi à 29,1 millions $, ou 46 cents par action, alors qu'il s'était chiffré à 22,1 millions $, ou 43 cents par action, à la période correspondante en 2013.

Sur une base ajustée, en excluant les frais attribuables à l'acquisition de Parsons Brinckerhoff, WSP a engrangé un bénéfice de 34,4 millions $, ou 55 cents par action, en hausse de 40 pour cent par rapport à l'an dernier.

Les revenus de la firme de génie-conseil ont bondi de 28,6 pour cent pour s'établir à 630,7 millions $, alors que ses produits nets — qui excluent certains coûts directs — se sont chiffrés à 537,4 millions $, en hausse de 31,8 pour cent.

La performance trimestrielle de WSP Global a en partie répondu aux attentes des analystes sondés par Thomson Reuters, qui prévoyaient un résultat net de 53 cents par action et des revenus de 520,35 millions $.

Son bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement a progressé de 32,3 pour cent par rapport au troisième trimestre de 2013 pour s'établir à 66,4 millions $, ce qui a dépassé les prévisions des analystes.

M. Shoiry a attribué les résultats du troisième trimestre à la croissance interne de l'entreprise ainsi qu'à ses acquisitions.

À l'échelle internationale, la croissance interne s'est établie à 12,3 pour cent, stimulée par une incidence favorable des taux de change évaluée à 6,3 pour cent.

Les revenus de WSP Global ont par ailleurs progressé aux États-Unis (25 pour cent), au Royaume-Uni (31 pour cent) ainsi que dans le reste du monde (17,6 pour cent).

«Les secteurs de l'industrie et de l'énergie présentent encore des défis dans l'Est du Canada, mais ils semblent se stabiliser», a souligné l'analyste Sara O'Brien, de RBC Marchés des capitaux.

Quant au carnet de commandes de la société, il est estimé à près de 1,9 milliard $, ce qui représente près de neuf mois de revenus, en hausse de 2,7 pour cent comparativement au deuxième trimestre et de 21,2 pour cent par rapport à la même période en 2013.

Le 3 septembre dernier, WSP Global avait annoncé l'acquisition de Parsons Brinckerhoff — l'une des plus grandes firmes de services professionnels dans son secteur — pour un montant de 1,24 milliard $ US. L'acquisition a été réalisée le 31 octobre dernier.

À la Bourse de Toronto, l'action de la firme a gagné 5,02 pour cent, ou 1,72 $, pour clôturer à 36 $.

PLUS:pc