NOUVELLES

La capitaine du Sewol est envoyé derrière les barreaux pour 36 ans

11/11/2014 07:59 EST | Actualisé 11/01/2015 05:12 EST

SÉOUL, Corée du Sud - Le capitaine du traversier sud-coréen Sewol, dont le naufrage a fait quelque 300 morts au printemps, a écopé mardi d'une peine de 36 ans de prison pour négligence et pour avoir abandonné son navire.

Il a toutefois été acquitté des accusations d'homicide qui pesaient contre lui, quand le tribunal a conclu qu'il ne pouvait pas savoir que ses actions entraîneraient la mort d'autant de victimes.

Le verdict a été annoncé au moment où les responsables mettaient fin aux recherches pour récupérer les neuf corps qui n'ont jamais été retrouvés.

Les familles des victimes ont immédiatement dénoncé les peines imposées au capitaine Lee Joon-seok et à d'autres membres de l'équipage, estimant qu'elles sont trop clémentes.

Le tribunal du district de Gwangju, dans le sud de la Corée du Sud, a conclu que le capitaine Lee a donné l'ordre d'évacuer le navire et qu'il a quitté les lieux lors de l'arrivée des bateaux des secouristes.

«Savez-vous combien d'enfants sont morts?», a crié un parent pendant l'audience, selon l'avocat Kook Joung-don qui représentait les familles. «Ce n'est pas correct», a hurlé un autre.

La plupart des passagers étaient des étudiants qui participaient à un voyage scolaire. Plusieurs survivants ont raconté qu'on leur a demandé à plusieurs reprises de demeurer à bord et n'avoir aucun souvenir que l'évacuation ait été ordonnée. Ils ont finalement pris leur sort entre leurs propres mains pour s'enfuir.

Le capitaine de 69 ans a offert des versions contradictoires de ses gestes au moment du naufrage. Il aurait pu être condamné à mort s'il avait été reconnu coupable d'homicide. Un responsable du ministère de la Justice a révélé, sous le couvert de l'anonymat, que Lee sera techniquement admissible à une libération après avoir purgé le tiers de sa peine.

Le chef mécanicien du Sewol a reçu une peine de 30 ans de prison, pendant que 13 autres membres d'équipage écopaient de peines pouvant atteindre 20 ans derrière les barreaux.

Le chef mécanicien, Park Ki-ho, a été reconnu coupable d'homicide pour avoir abandonné deux collègues blessés. Il n'a ensuite pas mentionné leur présence aux secouristes, même s'il savait qu'ils allaient mourir sans aide.

Les procureurs et les membres d'équipage disposent d'une semaine pour porter les verdicts en appel. Les familles des victimes font déjà pression sur les procureurs pour tenter d'obtenir des peines plus lourdes.

«Nous allons faire tout ce qui est nécessaire pour nous assurer que les membres d'équipage qui ont abandonné nos enfants, qui se sont sauvés et qui n'ont pensé qu'à sauver leurs propres vies paient pour leurs crimes», a promis la mère d'une victime, Ko Young-hee.

Le traversier était apparemment lourdement surchargé quand il a coulé, et l'agence responsable de la sécurité des passagers disposait possiblement d'informations incorrectes quant à la cargaison qu'il pouvait transporter sécuritairement.

Le traversier transportait 476 personnes lorsqu'il a coulé le 16 avril. Seulement 174 d'entre elles ont survécu, incluant 22 des 29 membres de l'équipage.

PLUS:pc