NOUVELLES

Un kamikaze tue au moins 48 personnes dans une école du nord-est du Nigeria

10/11/2014 07:36 EST | Actualisé 10/01/2015 05:12 EST

POTISKUM, Nigeria - Au moins 48 personnes ont perdu la vie, lundi, quand un kamikaze déguisé en écolier s'est donné la mort dans une école de Potiskum, dans le nord-est du Nigeria.

Près d'une centaine d'autres personnes ont aussi été blessées.

Des soldats qui se sont précipités sur les lieux ont été pris à partie par une foule furieuse de l'incapacité de l'armée à mettre fin à une insurrection islamiste qui a fait des milliers de victimes et chassé des centaines de milliers de personnes de chez elles depuis cinq ans.

Un autre attaque-suicide perpétrée dans la même ville, la capitale de l'État de Yobe, avait fait 30 morts il y a une semaine. Des militants présumés du groupe Boko Haram avaient alors attaqué des musulmans modérés.

Quelque 2000 étudiants s'étaient rassemblés lundi matin au Government Technical Science College quand la bombe a explosé. Un témoin a raconté que l'attentat est survenu vers 7 h 30, au moment où les jeunes attendaient que le directeur prenne la parole.

Des dizaines de personnes ont été transportées vers l'hôpital. Des responsables ont prévenu que certaines sont si grièvement blessées qu'elles pourraient devoir être amputées. L'hôpital local est si bondé que certains patients doivent partager un même lit.

Un responsable de la morgue a révélé sous le couvert de l'anonymat avoir reçu les corps de 48 victimes qui semblent toutes âgées entre 11 et 20 ans.

Des survivants ont raconté que le kamikaze avait apparemment camouflé ses explosifs dans un type de sac à dos populaire auprès des étudiants. L'armée nigériane avait rapporté, il y a plusieurs mois, la découverte d'une usine où des explosifs étaient cousus à l'intérieur de sacs à dos dans la ville de Kano, dans le nord du pays.

Le père d'une victime a dénoncé le manque de sécurité à l'école.

Plusieurs Nigérians constatent avec colère que Boko Haram semble avoir intensifié ses attaques depuis que le gouvernement a annoncé une trêve le 17 octobre. Le leader du groupe, Aboubakar Shekau, nie s'être entendu avec le gouvernement.

PLUS:pc