NOUVELLES

L'ex-PDG de SNC Jacques Lamarre savait que ses VP faisaient du financement politique

10/11/2014 09:21 EST | Actualisé 10/11/2014 09:21 EST
RCQC

Le financement politique chez SNC-Lavalin était la responsabilité de vice-présidents et c'est le PDG Jacques Lamarre en personne qui en avait informé tour à tour Normand Morin et son successeur Pierre Anctil.

Un texte de Isabelle Richer

C'est une des informations contenues dans un document judiciaire en partie décaviardé aujourd'hui par un juge de la cour supérieure à la demande d'un consortium de médias dont fait partie Radio-Canada.

Normand Morin, qui a occupé le poste de vice-président de 1996 à 2004, année de sa retraite, explique que pour le financement du PLQ, il faisait toujours affaire avec Marc Bibeau, l'ex-grand argentier du parti et ami personnel de l'ancien premier ministre Jean Charest.

Normand Morin a confié à l'UPAC, qui mène une enquête depuis 2012 sur le financement occulte au PLQ, qu'il remettait à Marc Bibeau, en mains propres, une série de chèques recueillis auprès des employés de la firme de génie qui servaient de prête-noms et se faisaient ensuite rembourser leurs dons politiques par l'employeur.

La remise d'argent avait lieu une fois par année, soit à l'hôtel Hilton de Dorval ou à la permanence du PLQ, rue Waverly à Montréal.

Marc Bibeau demandait un montant d'environ 90 000 dollars par année, précise Normand Morin, et ce montant augmentait tous les deux ans.

Marc Bibeau ne manquait jamais de lui rappeler qu'il était « près du pouvoir », peut-on lire dans le document.

Normand Morin ajoute que lorsque la remise d'argent se faisait dans le bureau de Marc Bibeau dans les locaux du PLQ, Joël Gauthier, alors directeur général du parti, s'y trouvait.

Lorsque Pierre Anctil a été nommé pour succéder à M. Morin, il dit avoir laissé à Normand Morin la responsabilité du financement politique de SNC-Lavalin.

À cette époque (de 2005 à 2008), les objectifs de financement établis par Marc Bibeau s'élevaient alors à 150 000 dollars par année.

Pierre Anctil avait fait la connaissance de Marc Bibeau à l'occasion d'un déjeuner lors duquel Normand Morin lui avait présenté M. Bibeau comme le responsable du financement du Parti libéral du Québec.

Ces nouvelles informations font partie d'un document rédigé par l'UPAC, qui a obtenu un mandat en juin 2014 pour effectuer une nouvelle perquisition à la permanence du PLQ.

Une soixantaine de témoins crédibles ont été rencontrés par les enquêteurs, lit-on dans le document, pour expliquer le fonctionnement du financement du PLQ, ses enjeux et son influence sur l'octroi de subventions.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref