NOUVELLES

Commémorations nationales, à Amsterdam, des 298 victimes du vol MH17

10/11/2014 03:34 EST | Actualisé 10/01/2015 05:12 EST

AMSTERDAM, Pays-Bas - Des enfants d'âge scolaire ont silencieusement placé des fleurs près de 298 chandelles — une pour chacune des victimes du vol 17 de la Malaysia Airlines — à l'occasion d'une triste commémoration, lundi, du désastre aérien qui a secoué la nation il y a près de quatre mois.

L'événement, télévisé dans toute la nation, se déroulait à Amsterdam et mettait en relief le chagrin, l'incrédulité et la colère des familles et des amis de ceux qui ont perdu la vie lorsque le Boeing 777, reliant Amsterdam à Kuala Lumpur le 17 juillet, a été abattu dans le ciel de l'est de l'Ukraine, pays rongé par le conflit.

La plupart des victimes étaient néerlandaises, mais des passagers et membres d'équipage de 19 pays différents ont aussi péri.

Une fille de 13 ans, Gita Wiegel, s'est souvenue avoir fait un câlin à sa mère, à Schiphol, avant que celle-ci n'embarque à bord du vol 17. Elle a qualifié sa perte de «terrible».

Un autre proche en deuil, Paul Marckelbach, a récité un poème et a sangloté lorsqu'il en a prononcé le dernier mot: «Pourquoi?».

D'autres proches, quelques-uns retenant leurs larmes, ont lu les noms et les âges de toutes les 298 victimes. Ils ont mis 23 minutes à compléter la liste.

Le roi néerlandais Willem-Alexander, la reine Maxima, le premier ministre Mark Rutte et d'autres dignitaires se sont joints à environs 1600 membres des familles et amis des victimes pour l'occasion.

Les questions concernant sur ce qui s'est exactement produit demeures sans réponses. Le gouvernement néerlandais s'est gardé d'affirmer qu'un missile avait abattu l'avion, mais la police et les procureurs des Pays-Bas qui mènent une enquête criminelle prétendent qu'une attaque au missile constituait le scénario le plus probable.

Les rebelles séparatistes pro-russes en Ukraine ont toujours nié fermement leur implication dans l'affaire.

Dimanche, un avion militaire néerlandais a transporté cinq cercueils contenant des restes de victimes de l'Ukraine aux Pays-Bas pour fins d'analyse. Jusqu'à maintenant, 289 victimes ont été identifiées.

Dans un bref discours, lundi, le premier ministre Mark Rutte a résumé la peine des familles, qui ont perdu un être aimé si soudainement.

«Le 17 juillet, un "À bientôt" insouciant est devenu un "Adieu" abrupte», a dit M. Rutte. «Ainsi, les enfants et petits-enfants, pères et mères, frères et soeurs, grand-mères et grand-pères, maris, femmes et amis qui étaient partis pour un voyage à bord du vol MH17, ne sont jamais revenus».

PLUS:pc