NOUVELLES

Sergey Kovalev a servi une correction sans équivoque au vétéran Bernard Hopkins

09/11/2014 04:58 EST | Actualisé 09/01/2015 05:12 EST

ATLANTIC CITY, États-Unis - Bernard Hopkins va entrer dans la cinquantaine sans ceinture de champion autour de la taille.

Sergey Kovalev a malmené Hopkins dès le premier son de cloche, expédiant le vieillissant boxeur au tapis — et peut-être vers la retraite — dans une démonstration dont il avait besoin pour démontrer qu'il représente l'élite chez les moins de 175 livres.

Kovalev s'est servi de sa puissance dévastatrice pour maltraiter Hopkins pendant 12 rondes, remportant une victoire par décision unanime tôt dimanche qui lui permet de prétendre qu'il est le meilleur pugiliste au monde parmi les mi-lourds.

Deux des juges ont donné la victoire par des scores de 120-107, l'autre remettant un score final de 120-106.

Kovalev, qui n'a pas pu assister à la naissance de son fils parce qu'il s'entraînait en vue de ce combat, possède trois versions des ceintures des mi-lourds après en avoir ravi deux qui appartenaient à Hopkins.

Kovalev présente une fiche de 26-0-1, dont 23 victoires par mise hors de combat.

Et il ne fait que commencer.

«Ce ne fut pas plus facile que je ne le pensais, a déclaré Kovalev. J'étais prêt pour un combat de 12 rondes. Je pensais qu'il était le meilleur boxeur au monde parmi les mi-lourds.»

À deux mois de célébrer son 50e anniversaire de naissance, Hopkins (55-7-2) pourrait avoir été poussé à la retraite après avoir participé à un rare combat où il n'a jamais été dans le coup. Kovalev l'a envoyé au plancher dès la première ronde et n'a jamais ralenti la cadence.

«Peu importe l'âge que vous avez quand vous perdez, vous perdez», a résumé Hopkins.

Kovalev n'avait jamais franchi le huitième round en carrière, mais il était à son meilleur et a montré à quel point il était en forme face à Hopkins au 12e et dernier assaut. Il cherchait la mise hors de combat et a multiplié les coups contre Hopkins, appuyé aux câbles, faisant paraître le boxeur originaire de Philadelphie comme l'athlète vieillissant qu'il est vraiment.

«Je voulais montrer aux amateurs que je sais comment boxer, et j'y suis parvenu, a affirmé Kovalev. Je visais le KO au 12e round. Il a une excellente défensive. Il est le meilleur boxeur de ma division de poids.»

Hopkins a ressenti chacun des coups de Kovalev au 12e round. Et il y en a eu beaucoup. Lors de ce dernier assaut, 38 des coups de Kovalev ont touché la cible, le plus fort total en 41 combats de Hopkins analysés par CompuBox.

PLUS:pc