NOUVELLES

Plus de 2 millions de Catalans participent au vote informel malgré la suspension

09/11/2014 04:00 EST | Actualisé 08/01/2015 05:12 EST

BARCELONE, Espagne - Plus d'un million et demi de personnes ont voté en faveur de la séparation de la Catalogne de l'Espagne lors de la consultation informelle sur l'indépendance de cette région aisée du nord du pays.

Mais un nombre plus élevé encore de Catalans n'ont pas participé au scrutin, soit en raison de la légalité contestable du processus ou de leur opposition à la sécession.

Des résultats dévoilés dimanche soir (tôt lundi matin en Espagne) alors que 88 pour cent des votes avaient été compilés, démontraient que plus de deux millions de personnes avaient voté et que 1,6 million d'entre elles étaient en faveur de la création d'un nouvel État, qui serait séparé de l'Union européenne et ainsi forcé de demander son admission.

Toutefois, 5,4 millions de Catalans étaient éligibles à voter, ce qui signifie que bon nombre d'entre eux se sont abstenus de participer à la consultation considérant l'absence de garanties légales et son statut non-contraignant.

Le gouvernement régional est allé de l'avant avec ce vote malgré un ordre de suspension des tribunaux espagnols, qui considéraient le sondage inconstitutionnel. En octobre, le président catalan, Artur Mas, avait décidé d'organiser ce scrutin informel après que le référendum initialement prévu eut été annulé pour la même raison.

Deux questions étaient posées aux électeurs: «Voulez-vous que la Catalogne soit un État ?» et si oui, «Voulez-vous qu'il soit indépendant ?». Les résultats finaux devraient être connus lundi matin.

Selon des sondages, la majorité des 7,5 millions d'habitants de la Catalogne, une des régions les plus riches d’Espagne, souhaite un référendum sur la question de l'indépendance, et environ la moitié veut se séparer de l'Espagne.

M. Mas considère que le vote de dimanche est surtout symbolique et qu'il mènera vraisemblablement à des élections régionales qui feront office de référendum.

L'atmosphère était à la fête dimanche dans la file d'attente d'un bureau électoral dans une école de Barcelone. Certains portaient des accessoires pro-indépendance. «J'ai voté pour l'indépendance parce que je me suis toujours sentie comme une Catalane, a expliqué Nuria Silvestre, 44 ans. Peut-être que je n'étais pas si radicale avant, mais le fait que le vote ait été interdit m'a rendue ainsi.»

Les procureurs d'État ont annoncé tard samedi qu'ils ouvraient une enquête afin de déterminer si le vote qui se tenait en dépit de la suspension de la cour était illégal.

Le premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, a appelé les leaders de la Catalogne à amorcer des discussions «dans le cadre légal de la Constitution». M. Rajoy a fait valoir qu’en raison de son statut illégal, le coup de sonde ne serait «ni un référendum, ni une consultation», et qu’il n’aurait aucun impact.

PLUS:pc