NOUVELLES

Les deux derniers prisonniers américains libérés en Corée du Nord

08/11/2014 12:13 EST | Actualisé 08/01/2015 05:12 EST

WASHINGTON - Les deux derniers Américains détenus en Corée du Nord ont été relâchés et sont en route vers chez eux, ont affirmé les autorités américaines, samedi.

Le directeur du renseignement national, James Clapper, accompagnait Kenneth Bae et Matthew Miller durant le voyage, a rapporté un porte-parole.

MM. Bae et Miller étaient les deux derniers prisonniers américains en Corée de Nord, depuis la libération, le mois dernier, de Jeffrey Fowle. Ce dernier, un résident de l'Ohio, était détenu depuis six mois.

M. Clapper, un envoyé présidentiel pour ce dossier, serait le plus haut représentant américain à visiter Pyongyang. MM. Bae et Miller avaient tous deux dit à l'Associated Press, il y a quelque temps, qu'ils croyaient que leur seule chance de libération passait par l'intervention d'un haut placé de l'administration. L'ancien vice-président Al Gore et l'ancien président Jimmy Carter se sont déjà rendus en Corée du Nord pour faire libérer des prisonniers.

Aucun autre détail sur la libération des deux citoyens américains n'a été donné.

Matthew Miller, de Bakersfield en Californie, purgeait une peine de six ans pour espionnage, après avoir prétendument déchiré son visa de touriste à l'aéroport de Pyongyang, en avril, et réclamé l'asile. La Corée du Nord a affirmé que M. Miller voulait vivre dans une prison coréenne pour enquêter secrètement sur la situation des droits humains dans le pays.

Kenneth Bae, de Lynnwood à Washington, est un missionnaire américano-coréen. Il purgeait une peine de 15 ans d'emprisonnement pour de présumées activités anti-gouvernementales. Il a été arrêté en 2012, alors qu'il guidait un groupe de touristes dans une zone économique nord-coréenne.

L'annonce du retour des deux hommes survient à la veille du départ de Barack Obama pour un voyage en Chine, au Myanmar et en Australie. Selon un responsable qui a requis l'anonymat, ces libérations n'auront pas d'influence sur la position des États-Unis par rapport au programme nucléaire nord-coréen.

PLUS:pc