NOUVELLES

Le Canadien couronne une belle soirée en défaisant le Wild 4-1 au Centre Bell

08/11/2014 10:22 EST | Actualisé 08/01/2015 05:12 EST

MONTRÉAL - Le Canadien a reçu une bonne contribution à l'attaque du troisième trio pour une rare fois cette saison, samedi. L'unité de Lars Eller, avec Jiri Sekac et Brandon Prust, a fourni deux buts dans la victoire de 4-1 contre le Wild du Minnesota, au Centre Bell.

Eller et Sekac ont dirigé l'offensive avec un but et une passe chacun. Prust a amassé deux aides.

«Ils ont été très bons, a corroboré l'entraîneur Michel Therrien. Ils ont passé beaucoup de temps en zone offensive, ils ont pris de bonnes décisions et attaqué le filet adverse avec beaucoup d'ardeur. Ils ont été récompensés. Je suis très content de leur performance.»

Brendan Gallagher et Max Pacioretty ont réussi les autres filets du Tricolore, qui a atteint le plateau des 10 gains à sa 15e sortie de la saison.

Le jeune Sekac n'aura plus à se soucier d'être retranché de la formation ou à penser à la KHL russe, s'il continue à jouer comme il le fait depuis son retour mercredi.

«Il patine bien et il prend de bonnes décisions en possession de la rondelle, a commenté Therrien. Parfois, ce n'est pas une mauvaise chose de faire un pas de reculons. Il me paraissait fatigué en début de saison. Il n'affichait pas le même niveau d'énergie qu'aux camp des recrues et d'entraînement. C'est exigeant pour un jeune joueur. Il a retrouvé un bon niveau d'énergie, il est rapide et il a du succès.»

Sekac, âgé de 22 ans, a avancé que c'est le match au cours duquel il s'est senti le plus à l'aise sur la patinoire et il a dit souhaiter que les choses n'aillent qu'en s'améliorant.

Il montre maintenant trois points à sa fiche, deux buts et une passe, en huit rencontres.

Jason Pominville a été l'unique buteur du Wild (7-6-0), qui n'a pas eu l'avantage au chapitre des lancers pour la première fois de la saison. Carey Price et Darcy Kuemper ont été confrontés à 31 tirs chacun.

«Avant samedi, le Wild obtenait en moyenne 35 lancers par match et il n'accordait que 20 tirs, a souligné Therrien. D'avoir réussi à égaler le total de tirs et d'avoir obtenu plus d'occasions de marquer, ça prouve que nous avons fourni un bel effort d'équipe.»

Thomas Vanek a récolté une aide, à son retour à Montréal. Hué par le public, l'Autrichien n'a pas été le bienvenu.

Gallagher, enfin

Le CH va finir par en prendre l'habitude: il s'est inscrit au score le premier dans un deuxième match de suite — la quatrième fois seulement cette saison. Après l'avoir fait au début de la troisième période face aux Sabres à Buffalo mercredi, il l'a fait vers le milieu du deuxième vingt.

Gallagher a mis fin à une séquence de neuf matchs sans point, sa plus longue dans la LNH, en catapultant une frappe en entrée de zone sous la barre horizontale, à 9:26. Kuemper n'y a vu que du feu.

«C'était à peu près temps, a soupiré Gallagher. Ça faisait un bout. J'avais des chances, mais la rondelle n'entrait pas. Vous tentez de ne pas être frustré, mais c'est difficile. On ressent de la pression. Ça fait du bien, mais ce qui est plus satisfaisant encore, c'est d'avoir gagné le match. Tous les trios ont apporté une contribution, ç'a été l'élément important.»

Le Wild a créé l'égalité à 14:59, le gros trio faisant payer chèrement au vétéran défenseur Andrei Markov son revirement au centre de la patinoire. Au terme d'une descente à trois contre un, Vanek a servi une passe parfaite à Pominville, près du filet.

Les hôtes ont repris l'initiative dans la dernière minute de jeu grâce au bel effort du troisième trio.

Eller, qui venait d'empêcher une sortie de zone du défenseur Christian Folin, a décoché un tir vif des poignets bas après un échange à très courte distance entre Prust et Sekac.

Le trio a remis ça en début de troisième. Eller a tenté une passe vers Prust qui se dirigeait vers le but. Poussé par Nino Niederreiter, Prust a renversé le gardien en donnant du menton sur la barre horizontale. Passant par là, Sekac a logé le disque derrière la ligne du but, à 4:46.

Pacioretty a ébranlé le moral du Wild à 6:04, en complétant la stratégie de David Desharnais et de Pierre-Alexandre Parenteau.

Affamée, la foule espérait un cinquième but pour marquer comme il se devait la soirée d'intronisation du numéro cinq Guy Lapointe, mais il n'est malheureusement pas venu.

PLUS:pc