NOUVELLES

Israël: nombreuses émeutes après que la police eut abattu un Arabe de 22 ans (PHOTOS)

08/11/2014 04:00 EST | Actualisé 08/01/2015 05:12 EST
ASSOCIATED PRESS
A Palestinian holds a molotov cocktail during clashes with Israeli border police, as Israeli police limited the access to Al-Aqsa Mosque in Jerusalem on Friday, Nov. 7, 2014. Tensions have been rising in recent weeks over the Jerusalem shrine, known to Muslims as Haram al-Sharif, or Noble Sanctuary, and to Jews as the Temple Mount. (AP Photo/Mahmoud Illean)

TEL AVIV, Israël - Des milliers d'Israéliens arabes en colère sont descendus dans les rues samedi, après qu'une vidéo eut circulé montrant un policier tirer sur un Arabe de 22 ans alors qu'il semblait se rendre.

Des gens ont mis le feu à des pneus et lançaient des cailloux et des bombes incendiaires vers les policiers sur d'importants liens routiers du nord d'Israël. Certains agitaient des drapeaux palestiniens et encourageaient les gens à se rebeller. La police a rapporté qu'il y avait eu une série de manifestations violentes à travers le pays. Dans l'une d'elles, deux personnes ont été légèrement blessées lorsqu'une pierre a brisé une fenêtre d'autobus.

Outrés par la vidéo, des chefs de la communauté arabe d'Israël ont pressé les gens à faire la grève dimanche et planifiaient poursuivre les manifestations.

Dans le nord du pays, ces tensions s'ajoutent à celles presque quotidiennes, à Jérusalem, où les Palestiniens affrontent la police pour avoir accès à un tombeau sacré tant pour les juifs que les musulmans.

La fusillade du jeune homme sur la vidéo a eu lieu tôt samedi matin, dans le village arabe de Kfar Kana, dans le nord du pays. Selon la police, les agents ont fait feu sur un homme en possession d'un couteau qui tentait de poignarder des agents. Des images qui semblent tirées d'un circuit de caméras de sécurité semblaient contredire cette version. On y voit un homme qui cogne à répétition sur la fenêtre d'un véhicule de police. Lorsque les agents en sortent pour le confronter, il commence à se rétracter et se fait tirer. Il est mort de ses blessures à l'hôpital.

Le département des enquêtes internes se penche sur l'incident afin de voir si le protocole a été suivi. Ce département civil est une unité indépendante qui répond du procureur général. La police ne commentera pas l'incident, mais les leaders arabes dénoncent ce crime «de style mafia» alors que d'autres crient au racisme.

Dans une déclaration, le premier ministre Benyamin Netanyahou semble appuyer la police.

«Israël est un pays de droit. Nous ne tolérerons pas les dérangements et les émeutes. Nous agirons contre ceux qui lancent des pierres, bloquent des routes et appellent à l'établissement d'un État palestinien en remplacement de l'État d'Israël, a-t-il déclaré. Quiconque ne respecte pas la loi israélienne sera puni avec la plus grande sévérité. Je vais mandater le ministre de l'Intérieur afin qu'il révoque le citoyenneté de ceux qui appellent à la destruction de l'État d'Israël.»

Les Arabes représentent environ 20 pour cent de huit millions de résidents israéliens

Israël: nombreuses émeutes après que la police eut abattu un Arabe de 22 ans

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter