NOUVELLES

Des frappes aériennes ont visé des dirigeants de l'État islamique

08/11/2014 10:02 EST | Actualisé 08/01/2015 05:12 EST

BAGDAD - Des responsables de l'armée américaine ont indiqué, samedi, que la coalition menée par les États-Unis avait effectué une série de frappes aériennes visant des dirigeants du groupe État islamique (ÉI) à proximité de la ville irakienne de Mossoul.

L'opération ayant eu lieu vendredi soir aurait permis d'éliminer un convoi de dix camions à bord desquels des hauts placés de l'ÉI auraient pris place.

Les sources militaires, qui ont accepté de s'exprimer sous le couvert de l'anonymat, n'ont pas été en mesure de confirmer si Abou Bakr Al-Baghdadi, le numéro un de l'organisation, faisait partie des personnes ciblées.

Ce dernier s'est autodéclaré calife des vastes territoires contrôlés par l'État islamique en Irak et en Syrie.

Malgré les frappes, les combattants sunnites donnent l'impression d'être déterminés à continuer de perpétrer des attentats pour abattre des membres des forces de sécurité de l'Irak ainsi que des civils.

Un camion piégé a explosé près du convoi d'un haut gradé de la police irakienne, ce qui a entraîné la mort de huit personnes en plus d'en blesser une quinzaine d'autres, ont indiqué les autorités.

Cette attaque, qui n'a pas été revendiquée mais qui portait la marque des militants de l'ÉI, s'est déroulée vendredi soir à Beiji, une ville située au nord de Bagdad.

Le lendemain, plusieurs attentats ont été menés dans la capitale irakienne et dans les environs, ce qui a coûté la vie à au moins 43 personnes.

Dernièrement, il y a eu une recrudescence de la violence dans ce secteur.

Plus souvent qu'autrement, ce sont des chiites qui en paient le prix, ce qui n'aide en rien à apaiser les tensions entre les différentes «familles» de musulmans.

PLUS:pc