NOUVELLES

État islamique: Barack Obama enverra 1500 soldats américains de plus en Irak

07/11/2014 04:09 EST | Actualisé 07/01/2015 05:12 EST

WASHINGTON - Le président Barack Obama autorise l'armée américaine à déployer jusqu'à 1500 soldats supplémentaires en Irak dans le cadre de la mission de combat visant à lutter contre le groupe armé État islamique (ÉI). Un total de 3100 militaires se trouveront en Irak en bout de ligne.

M. Obama demande également au Congrès de lui fournir plus de 5 milliards $ US pour aider à financer cette guerre. La décision présidentielle est annoncée trois jours seulement après de difficiles élections de mi-mandat et dans la foulée d'arguments persistants selon lesquels davantage de troupes américaines sont nécessaires pour renforcer l'armée irakienne vacillante.

Selon la Maison-Blanche, les troupes ne verront pas le feu, mais formeront, conseilleront et assisteront l'armée irakienne et les forces kurdes combattant le groupe ÉI.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Josh Earnest, a ajouté que le président avait également autorisé ces troupes supplémentaires à fonctionner dans des installations militaires irakiennes sises ailleurs qu'à Bagdad et Erbil. Jusqu'à maintenant, les forces américaines oeuvraient au sein d'un centre d'opérations conjointes avec l'armée irakienne.

Quant au contre-amiral John Kirby, porte-parole du Pentagone, il a précisé que l'armée mettra sur pied des centres de formation à travers l'Irak pour créer 12 brigades nationales, entre autres démarches.

Un haut responsable militaire a mentionné que l'un de ces centres sera situé dans la province d'Anbar, et qu'il est probable que la majeure partie des troupes envoyées en renfort arrive en Irak d'ici la fin de l'année.

Cette annonce s'inscrit dans le cadre d'une demande de financement de 5,6 milliards $ US déposée auprès du Congrès, et survient immédiatement après une rencontre, vendredi, entre les leaders des deux chambres et le président.

Voilà plusieurs semaines que les États-Unis effectuent des frappes aériennes contre les forces et les installations de du groupe ÉI en Irak et en Syrie, dans le cadre d'une démarche devant permettre aux forces irakiennes de se regrouper et de monter une offensive plus efficace. Dans les premières semaines de l'insurrection, l'ÉI a mis la main sur de vastes pans du territoire irakien, alors que les unités militaires sur le terrain abandonnaient leurs armes pour fuir, ou rejoignaient les intégristes.

Au cours des dernières semaines, cependant, l'effet des bombardements s'est fait sentir, et les forces irakiennes ont repris du terrain, tandis que le groupe ÉI perdait un chapelet de villes situées près de la frontière syrienne.

La demande de financement s'ajoute à une précédente réclamation de 58,6 milliards $ US destinée à couvrir l'ensemble des activités à l'étranger dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.

PLUS:pc