NOUVELLES

Phil Rudd: une grave accusation est abandonnée contre le batteur d'AC/DC

07/11/2014 12:23 EST | Actualisé 07/01/2015 05:12 EST

WELLINGTON, Nouvelle-Zélande - Les autorités néo-zélandaises ont dû faire acte de contrition, vendredi, lorsque les procureurs ont abandonné l'accusation de tentative de commande de meurtre contre le batteur d'AC/DC Phil Rudd, en affirmant que les preuves n'étaient pas suffisantes pour aller de l'avant.

Mais le sexagénaire, membre du populaire groupe australien, est toujours sous le coup d'une accusation grave de menaces de mort, ce qui peut entraîner une peine maximale de sept années de prison, en plus d'être accusé de possession de méthamphétamine et de marijuana.

La police l'avait tout d'abord accusé d'avoir tenté d'embaucher un tueur à gages pour assassiner deux personnes, lui faisant ainsi courir le risque de croupir en prison pendant 10 ans. Mais lorsque les procureurs ont hérité du dossier, ils ont rapidement reculé. L'avocat de Rudd, Paul Mabey, estime que les dégâts causés à son client sont incalculables, et qu'il envisageait de réclamer une compensation.

Au dire de Me Mabey, l'accusation de commandite de meurtre n'aurait jamais dû être déposée, et son client aurait subi «de la publicité inutile et extrêmement dommageable» en raison de la circulation massive de cette accusation dans les médias, «accusation qui n'a jamais été justifiée».

L'avocat a ajouté que Rudd se défendrait contre les autres accusations.

Pour Bill Hodge, professeur de droit à l'Université d'Auckland, les événements portent à croire que la police a dépassé son mandat.

«Habituellement, vous vous attendez à ce que la police dépose une accusation de base, suffisante pour une mise en détention. Puis, peut-être quand vous avez plus de témoins et de preuves, vous pouvez aller de l'avant avec une accusation plus importante. Je ne comprends pas cette précipitation.»

M. Hodge croit par ailleurs que Rudd disposerait des informations nécessaires pour réclamer une compensation financière si l'ensemble de la cause est abandonné, mais le batteur pourrait disposer de bien peu de recours s'il est reconnu coupable d'avoir proféré des menaces de mort.

La police a refusé toute demande d'entrevue, vendredi.

PLUS:pc