NOUVELLES

Naufrage du Sewol: la garde-côtière sud-coréenne sera démantelée

07/11/2014 07:54 EST | Actualisé 07/01/2015 05:12 EST

SÉOUL, Corée du Sud - L'Assemblée nationale de la Corée du Sud a autorisé vendredi le démantèlement de la garde-côtière du pays, après que celle-ci eut été sévèrement critiquée pour ne pas avoir été en mesure de sauver des centaines de passagers lors du naufrage du traversier Sewol, au printemps.

Les responsables affirment qu'une réponse plus rapide et plus agressive aurait pu permettre de sauver davantage de vies. La catastrophe a fait plus de 300 morts, principalement des étudiants qui participaient à un voyage scolaire.

Les parlementaires ont décidé, à 146 contre 71, de répartir les tâches de la garde-côtière entre l'Agence nationale de police et une nouvelle agence de sécurité devant être créée. Trente-deux parlementaires se sont abstenus de voter.

La nouvelle agence gouvernementale prendra aussi le contrôle de l'Agence nationale de gestion des urgences et assumera certaines responsabilités du ministère de la Sécurité et de l'Administration publique. La création de cette nouvelle agence vise à mettre sur pied un système complet et rapide de réponse aux prochaines catastrophes.

Le plan de restructuration ira de l'avant après avoir été approuvé par la présidente Park Geun-hye et son cabinet, une étape qui n'est considérée être qu'une formalité.

Plusieurs ont demandé pourquoi la garde-côtière est arrivée si tardivement sur les lieux du naufrage et pourquoi ses plongeurs ne sont pas entrés dans l'épave pour secourir les victimes. La garde-côtière prétend que le Sewol s'était trop incliné pour qu'on puisse y pénétrer en toute sécurité.

La garde-côtière sud-coréenne a été fondée en 1953 mais n'est devenue une organisation indépendante qu'en 1996. Elle faisait précédemment partie de l'agence policière.

L'assemblée législative a aussi approuvé la création d'un comité spécial pour faire enquête sur le naufrage du Sewol.

PLUS:pc