NOUVELLES

Le Canada et sept autres pays s'inquiètent de la situation en Libye

07/11/2014 01:15 EST | Actualisé 07/01/2015 05:12 EST

BENGHAZI, Libye - Les alliés occidentaux de la Libye, dont le Canada, se sont inquiétés vendredi de la polarisation politique dans ce pays d'Afrique du Nord, après que le plus haut tribunal du pays ait invalidé le nouveau Parlement et le nouveau gouvernement.

Dans un communiqué conjoint, le Canada, les États-Unis et six pays européens — dont la France et le Royaume-Uni — demandent aux rivaux libyens de «mettre fin à toutes les opérations militaires et d'éviter toute mesure susceptible d'accentuer la polarisation et les divisions».

Le communiqué ajoute que les huit pays «étudient soigneusement la décision» de la Cour suprême constitutionnelle de Libye, «son contexte et ses conséquences».

Le tribunal, qui est basé dans la capitale, Tripoli, a statué jeudi que les élections de juin étaient anticonstitutionnelles et que le Parlement et le gouvernement qui en sont issus devraient être dissous.

La Libye est secouée depuis des mois par un chaos qui a vu l'émergence de deux gouvernements et de deux Parlements rivaux, la mort de centaines de personnes et le déplacement de milliers de personnes qui fuient les combats.

Il s'agit des pires violences depuis le renversement du régime de Mouammar Kadhafi, en 2011. Les groupes rebelles qui ont contribué à sa chute se sont depuis transformés en puissantes milices armées que le gouvernement est incapable de contrôler.

«Nous soulignons que les défis auxquels est confrontée la Libye requièrent des solutions politiques», notent les puissances occidentales, Elles demandent ensuite aux acteurs libyens de collaborer avec l'émissaire spécial des Nations unies pour «progresser».

PLUS:pc