NOUVELLES

Almaty présente une candidature centralisée pour les Jeux olympiques de 2022

07/11/2014 11:44 EST | Actualisé 07/01/2015 05:12 EST

BANGKOK - La ville d'Almaty, au Kazakhstan, s'est présentée comme une alternative centralisée et raisonnable à la favorite, Pékin, dans la course à l'obtention des Jeux d'hiver de 2022. Les dates proposées par la capitale chinoise pourraient entrer en conflit avec le Super Bowl.

La course à l'obtention des JO étant réduite à deux candidatures à la suite d'une multitude de retraits, les villes ont présenté leur offre respective devant l'assemblée de l'Association des comités nationaux olympiques — le premier discours promotionnel international des villes finalistes.

Le membre du comité organisateur d'Almaty, Ilya Urazakov, a déclaré que le parc olympique principal serait situé à 10 km du centre-ville, et que tous les bâtiments olympiques seraient compris à l'intérieur d'un rayon de 35 km.

«Nous proposons les Jeux olympiques d'hiver les plus centralisés des 30 dernières années», a commenté Urazakov.

Cette candidature contraste avec celle de Pékin, dont ls épreuves nordiques seraient présentées à Zhangjiakou, à environ 160 km au nord de la capitale. La Chine a indiqué qu'un train à grande vitesse relierait ces deux villes en 50 minutes.

Pékin est la favorite, car elle a déjà mis sur pied son plan d'action ainsi que sa campagne promotionnelle et médiatique. Pour sa part, Almaty est plus réservée. La ville de 1,5 million d'habitants a reçu un score inférieur du Comité international olympique dans son évaluation technique plus tôt cette année.

Urazakov a mentionné que huit des 13 bâtiments olympiques sont déjà construits, et que trois autres seront érigés d'ici 2016 peu importe le résultat du processus d'octroi des Jeux de 2022. De plus, deux bâtiments supplémentaires seront construits si Almaty obtient les JO — un stade de 12 000 places pour les épreuves de patinage et un autre de 3000 sièges pour le curling.

La candidature d'Almaty comprend un village olympique de 10 hectares, ainsi qu'un village olympique de 5500 lits.

Pékin, qui a organisé les Jeux d'été en 2008, tente de son côté de devenir la première ville à organiser des Jeux d'été et d'hiver.

«Ces jeux seront fiables, sécuritaires et sans risque», a dit le maire de Pékin Wang Anshun.

PLUS:pc