NOUVELLES

Affaire Ghomeshi: Lucy Decoutere encourage les femmes à parler à la police

07/11/2014 12:21 EST | Actualisé 07/01/2015 05:12 EST
Michael Buckner via Getty Images
LOS ANGELES, CA - JANUARY 23: Actress Lucy Decoutere arrives at the premiere of Screen Media Films premiere of 'Trailer Park Boys: The Movie' at the Laemmle Sunset 5 on January 23, 2008 in Los Angeles, California. (Photo by Michael Buckner/Getty Images)

TORONTO - Lucy Decoutere, l'une des femmes accusant l'ancien animateur radio de la CBC Jian Ghomeshi d'agression encourage d'autres victimes potentielles à surmonter leur peur et à communiquer avec la police de Toronto.

Entre autres connue pour la télésérie Trailer Park Boys, Mme Decoutere a affirmé par communiqué que ses interactions avec les autorités avaient été «ouvertes et compréhensives». L'actrice a rencontré la police jeudi, et précise que l'expérience lui a donné l'impression d'être «écoutée».

Mme Decoutere ajoute qu'elle partage ses impressions dans l'espoir que d'autres femmes soient suffisamment en confiance pour rapporter les cas d'agression et de violences sexuelles. Elle fait partie d'un groupe d'au moins neuf femmes ayant accusé M. Ghomeshi de violences ou d'agression sexuelle, des allégations que l'ancien animateur a rejeté et qu'il affirme vouloir combattre.

L'actrice a accusé l'ex-animateur de l'avoir étranglée «jusqu'à l'empêcher de respirer», et de lui avoir asséné «trois dures claques sur le côté de la tête». Mme Decoutere est l'une des trois femmes ayant formellement porté plainte auprès de la police contre M. Ghomeshi.

D'autres présumées victimes ont confié aux médias qu'elles avaient hésité à se manifester par le passé. Mme Decoutere espère que sa sortie puisse venir à bout d'une partie de ces peurs.

La CBC, de son côté, a mis fin à ses relations avec M. Ghomeshi après avoir constaté ce qui est décrit comme des «preuves visuelles» que l'ancien animateur de l'émission «Q» s'en était pris à une femme. Pour sa part, M. Ghomeshi dit avoir participé à des relations sexuelles «corsées», mais que celles-ci étaient toujours consentantes, et qu'il a été congédié en raison du risque que sa vie sexuelle soit étalée au grand jour, «à la suite d'une campagne de fausses allégations».

Il a écrit sur Facebook, la semaine dernière, qu'il prévoyait confronter «directement» les allégations, mais a annoncé qu'il ne discuterait plus de «cette affaire» avec les médias. Il n'a toujours pas donné suite à ses intentions.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Jian Ghomeshi au fil des années