NOUVELLES

Dierry Jean met sa carrière en veilleuse pour lutter contre une dépendance

06/11/2014 11:08 EST | Actualisé 06/01/2015 05:12 EST

MONTRÉAL - Le groupe Eye of the Tiger Management (EOTTM) a annoncé jeudi que le poids léger Dierry Jean devait mettre sa carrière en veilleuse afin de lutter contre une dépendance à l'alcool et au jeu.

Joint par La Presse Canadienne, le président d'EOTTM, Camille Estephan, a confirmé que Jean avait été admis à la Maison Jean-Lapointe de Montréal.

Estephan a commencé à remarquer des changements chez Jean à la suite de sa défaite en championnat du monde, contre Lamont Petterson, le 25 janvier dernier.

«C'était sa première défaite, ça a été difficile. On a vu Dierry changer. Peut-être pas du jour au lendemain, mais c'était perceptible, a raconté Estephan. Même avec sa dernière prestation au Centre Bell, on a vu une différence. Il a stoppé son adversaire, mais ça a été loin d'être sa plus belle performance. Je dirais même que ça a été sa pire.

«On a vu après ce combat qu'il fallait faire autre chose, qu'il n'allait pas s'en sortir par lui-même. Mais c'est difficile, car les gens ont honte de cela et tentent de le cacher. Même moi, j'ai dû me documenter à fond, car c'est une maladie que je ne connais pas.»

Jean (27-1, 19 K.-O.) a livré ce dernier combat le 27 septembre contre Daniel Ruiz, qu'il a mis hors de combat au cinquième round pour remporter le titre NABF des légers. Sa défaite contre Petterson l'avait empêché de devenir champion IBF des super légers.

«Je pense que tout était 'sous contrôle' jusqu'à ce qu'il perde ce combat, a avancé Estephan. On a alors vu un changement constant dans son attitude, des promesses qui n'étaient plus tenues, etc. Après son dernier combat, c'était rendu vraiment grave. Ce n'était plus acceptable et il a fallu passer à la prochaine étape.

«Ce n'est pas juste sa carrière: Dierry a une petite fille de 4 ans. C'est sa vie. Ça finit très mal quand on ne reçoit pas d'aide. On espère sincèrement que ça servira aussi de message à tous les gens qui souffrent du même mal, qu'il ne faut pas garder le silence. Parfois, ce sont aussi les proches qui ont honte, qui ne veulent pas que ça sorte. Mais nous sommes une grande famille et nous allons l'appuyer là-dedans. Nous n'avons jamais pris un combat que nous ne croyions pas pouvoir gagner et celui-là, c'est le plus important combat que nous entreprenons. Il faut le gagner et on a mis toutes les chances de notre côté en allant chercher l'aide qu'il faut.»

Son prochain combat n'avait pas encore été annoncé, mais dans un entretien accordé à La Presse Canadienne le 10 octobre dernier, Estephan disait espérer que Jean livre un autre combat de championnat du monde en 2015. Ces plans ont maintenant changé.

«Honnêtement, c'est difficile à accepter, mais on n'y pense même pas. C'est vraiment loin de mes pensées, a dit Estephan, visiblement très touché par cette épreuve. Après le dernier combat, on a reçu une offre vraiment intéressante pour Dierry, vraiment un combat d'envergure. Je n'y ai même pas songé, car il n'était pas prêt.

«Parfois, la pression énorme entourant un tel combat devient négative au lieu d'être une motivation. Alors on met ça en veilleuse. Les athlètes professionnels, ce ne sont pas des super héros. Ce sont des gens comme tous les autres.»

Si Jean décide de reprendre sa carrière à la suite de sa cure, EOTTM mettra tout en oeuvre pour l'aider à demeurer sobre.

«Ça prend des professionnels, une aide continue, a expliqué Estephan. Il a maintenant admis qu'il avait ce problème, c'est le plus important. On va écouter les conseils de ces professionnels et appliquer à la lettre ce qu'ils vont nous recommander et aider Dierry à avoir la discipline de suivre leurs recommandations.»

PLUS:pc