NOUVELLES

Des dirigeants chinois profiteraient de voyages officiels pour trafiquer l'ivoire

06/11/2014 11:05 EST | Actualisé 06/01/2015 05:12 EST

PÉKIN, Chine - Des dirigeants et des hommes d'affaires chinois ont profité d'un voyage officiel du président Xi Jinping en Tanzanie l'an dernier pour ramener illégalement de l'ivoire au pays, affirme une organisation environnementale.

La Chine est le plus grand importateur mondial de défenses illégales et la Tanzanie est la principale source d'ivoire de contrebande, selon le groupe londonien Environmental Investigation Agency.

Le braconnage a mené à la mort de la moitié des éléphants de Tanzanie au cours des cinq dernières années, affirme un rapport du groupe écologiste.

Il affirme que des criminels chinois se sont associés à des responsables tanzaniens corrompus pour obtenir des quantités énormes d'ivoire — dont une partie aurait été placée dans des enveloppes diplomatiques lors d'une visite présidentielle de M. Xi en mars 2013.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a rejeté ces allégations avec colère et rappelé que Pékin lutter farouchement contre le braconnage et le trafic d'ivoire. Un porte-parole chinois a aussi reproché à l'Environmental Investigation Agency son hostilité envers la Chine depuis longtemps.

Le commerce illégal de l'ivoire a explosé en Chine en 2008, quand Pékin a reçu l'autorisation d'acheter 62 tonnes d'ivoire en vertu de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Une agence gouvernementale revendait cet ivoire à des usines et des distributeurs autorisés.

L'arrivée sur le marché de figurines d'ivoire a toutefois généré un tel engouement que la demande a rapidement excédé l'offre, alimentant le commerce illicite.

Les enquêteurs de l'Environmental Investigation Agency auraient découvert dès 2006 que des employés de l'ambassade chinoise en Tanzanie achetaient de grandes quantités d'ivoire illégal. Les individus qui accompagnaient M. Xi lors de sa visite en auraient ensuite acheté de telles quantités que le prix local du produit aurait doublé.

Deux braconniers ont raconté avoir vendu des milliers de kilos d'ivoire qui auraient été ramenés en Chine dans des enveloppes diplomatiques, à bord de l'avion présidentiel. Un autre trafiquant se vante d'avoir vendu pour 50 000 $ US d'ivoire à des marins chinois qui effectuaient une visite officielle au port de Dar-es-Salaam, en décembre 2013.

PLUS:pc