NOUVELLES

16,5 postes abolis au «Soleil»

06/11/2014 01:51 EST | Actualisé 06/11/2014 06:37 EST
Shutterstock / Brian A Jackson

Le milieu de l'information est de nouveau affecté par des pertes d'emplois à Québec. Cette fois, c'est le journal Le Soleil qui abolit 16,5 postes réguliers.

La salle de rédaction du quotidien est particulièrement affectée puisqu'elle perd huit journalistes permanents et près d'une quinzaine de journalistes temporaires et surnuméraires. Au total, c'est donc près du quart de la salle de rédaction qui sera amputée.

La direction invoque la baisse des revenus publicitaires et le coût du papier pour expliquer sa décision.

Le président du syndicat de la rédaction du Soleil, Jean-François Néron, explique qu'autant de départs exigeront « une restructuration du travail à l'intérieur de la boîte ».

« On espère que ce sont les derniers sacrifices qu'on aura à faire pour passer vers ce qu'on nous fait miroiter depuis maintenant plus d'un an, c'est-à-dire le passage du Soleil au numérique », ajoute-t-il.

La direction a annoncé la nouvelle aux employés ce matin, avant de publier un bref communiqué. Depuis 2008, une quarantaine de postes ont été supprimés au quotidien.

Le maire de Lévis « estomaqué »

Le maire de Lévis se dit très inquiet par ces compressions. Gilles Lehouillier souligne que le quotidien a toujours suivi les séances du conseil municipal de Lévis. Il craint que la disparition de 16 postes ait un impact majeur sur l'information régionale.

« Je dois vous dire qu'on est estomaqués. Je crains que ce soit la fin de la nouvelle régionale. Ça veut dire que ça va être assez dramatique parce que huit journalistes de moins dans une boîte, en plus des surnuméraires et tout ça, l'impact va être énorme », affirme-t-il.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter