NOUVELLES

Tim Hortons évoque une hausse du prix de sa tasse de café

05/11/2014 07:55 EST | Actualisé 05/01/2015 05:12 EST

TORONTO - Les amateurs de café de Tim Hortons pourraient devoir bientôt allonger un peu plus d'argent pour acheter leur tasse quotidienne, la chaîne de restaurants étant à la recherche de solutions pour s'ajuster à la hausse du prix des grains de café.

Le prix du café arabica a presque doublé cette année et il s'agit d'un facteur dont la société doit tenir compte alors qu'elle se prépare pour 2015, a soutenu la directrice financière de Tim Hortons, Cynthia Devine.

«C'est quelque chose que nous allons (...) étudier de près avec nos propriétaires de restaurants, pour comprendre quelles actions pourraient être nécessaires», a-t-elle affirmé mercredi lors d'une conférence téléphonique avec des analystes pour discuter des plus récents résultats financiers de l'entreprise.

«Les coûts du café, comme tout le monde le sait, sont bien plus élevés qu'ils ne l'ont été historiquement et la hausse de ces prix a été assez soutenue.»

Les grandes chaînes de cafés comme Tim Hortons commandent leurs grains par l'entremise de contrats à terme, qui gèlent les prix pour plusieurs années auprès de leurs fournisseurs. Cela leur donne de la flexibilité et les protège des fluctuations du marché.

Mais la valeur des grains a quasiment doublé cette année, en partie à cause des inquiétudes quant à de trop faibles pluies au Brésil, ce qui pourrait avoir un impact important sur la récolte du plus grand exportateur mondial de café.

En octobre, le prix des grains arabica a bondi à un sommet de deux ans et demi, les prévisions météorologiques pour la région faisant craindre que la récolte de l'an prochain soit durement touchée.

Certains concurrents de Tim Hortons ont déjà augmenté le prix de leurs tasses de café, incluant la chaîne américaine Starbucks et le producteur J.M. Smucker, derrière la marque Folgers.

Tim Hortons a affiché mercredi un bénéfice de 98,1 millions $ pour son plus récent trimestre, en baisse de près de 14 pour cent par rapport à celui de 113,9 millions $ de la même période l'an dernier. Ce recul est attribuable entre autres à des coûts liés à l'entente conclue avec le géant de la restauration rapide Burger King, qui projette de le racheter.

La chaîne de cafés et beignets a fait état d'un bénéfice par action de 74 cents pour le trimestre clos le 28 septembre, comparativement à celui de 75 cents par action pour la même période l'an dernier.

Les revenus ont totalisé 909,2 millions $, un chiffre d'affaires en hausse de 10,2 pour cent comparativement à 825,4 millions $.

En excluant les coûts de 27,3 millions $ liés à l'entente conclue avec Burger King Worldwide et 3G Capital, ainsi que des coûts de réorganisation de 1 million $, Tim Hortons a affiché un bénéfice d'exploitation ajusté de 196,1 millions $ pour son plus récent trimestre, en hausse de 15,5 pour cent par rapport à celui de 169,8 millions $ de l'an dernier.

Le bénéfice ajusté par action s'est chiffré à 95 cents, ce qui s'est avéré supérieur de 7 cents à celui attendu en moyenne par les analystes, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters.

Les ventes des restaurants ouverts depuis au moins un an ont avancé de 3,5 pour cent au Canada. Les consommateurs y ont dépensé davantage, ce qui a compensé un léger recul du nombre de transactions par restaurants comparables. L'entreprise a indiqué avoir profité de son nouveau sandwich au poulet, de ses beignets spécialisés et de son nouveau café de torréfaction foncée.

Aux États-Unis, les ventes des restaurants ouverts depuis au moins un an ont bondi de 6,8 pour cent au cours du trimestre.

Burger King et Tim Hortons se sont entendus en août pour que le géant américain de la restauration rapide avale la chaîne canadienne dans le cadre d'une transaction amicale évaluée à plus de 11 milliards $ US en espèces et en actions.

L'accord doit toujours obtenir le feu vert de certains organismes de réglementation ainsi que des actionnaires des entreprises.

PLUS:pc