NOUVELLES

Les Browns et les Bengals disputeront un 1er match d'envergure depuis 1986

05/11/2014 04:50 EST | Actualisé 05/01/2015 05:12 EST

CINCINNATI - Les Browns de Cleveland et les Bengals de Cincinnati luttaient pour le premier rang de leur section vers la fin de la saison 1986. Bernie Kosar a donné le ton dès le premier jeu en lançant une longue passe dans les mains de Reggie Langhorne au Riverfront Stadium.

L'équipe de Marty Schottenheimer s'était sauvée avec une écrasante victoire de 34-3 cette journée-là. Les Bengals de Sam Wyche n'avaient jamais pu trouver leur rythme — pas même à la suite de la longue passe complétée de Boomer Esiason vers Cris Collinsworth — contre des Browns qui étaient supérieurs dans toutes les facettes du jeu.

Pourquoi cette leçon d'histoire?

Parce que c'est la dernière fois que deux clubs de l'Ohio ont lutté pour le premier rang de leur section à ce stade-ci de la saison dans la NFL.

Les Bengals (5-2-1) sont seuls au sommet de la section nord de l'Association américaine, leurs poursuivants étant tous à leurs trousses. Les Browns (5-3) pourraient se hisser à égalité en première position avec les Steelers de Pittsburgh (6-3) et démontrer qu'ils sont de sérieux prétendants au titre de leur section jeudi soir au Paul Brown Stadium.

Une victoire permettrait aux Browns de voguer sur une série de trois gains, confirmant leur meilleur début de saison depuis 1994, et consolidant du même coup leur titre d'équipe en pleine ascension.

«Ce sera un match baromètre parce que les Bengals ont été probablement jusqu'ici la meilleure équipe de la section nord de l'Association américaine, a commenté le bloqueur à gauche Joe Thomas. Si nous voulons gagner le titre de notre section, nous devrons vraincre les Bengals, et c'est ici notre première opportunité.»

Mais qu'en est-il du trac de jouer sur les ondes de la télévision nationale?

«Si tu es rendu à ce stade-ci de ta carrière, c'est que tu as déjà disputé plusieurs matchs sur les ondes de la télévision nationale, a déclaré le quart des Browns Brian Hoyer. Certains d'entre nous avons goûté au Super Bowl, aux matchs éliminatoires. Ce n'est pas comme si nous étions une équipe d'une école secondaire qui jouait le vendredi soir sur les ondes de la télévision locale.»

Les Bengals tentent de se faire respecter, eux aussi. Les champions en titre de la section ont développé une réputation d'équipe qui joue bien la plupart du temps, mais qui s'effondre lorsque les enjeux sont grands. Ils ont atteint les éliminatoires lors des trois dernières saisons, et ont compilé une piètre fiche de 0-3.

Ils avaient obtenu une première opportunité de changer les perceptions lors d'un match du dimanche soir contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre le 5 octobre, mais ont été humiliés 43-17.

Ils obtiendront une deuxième chance jeudi soir. Cette fois-ci, à domicile.

«On adore l'ambiance, particulièrement ici devant nos partisans, a reconnu le plaqueur des Bengals Domata Peko. Ça nous donne l'opportunité de rebondir après notre contre-performance contre les Patriots. C'est un autre match en heure de gande écoute, et nous serons prêts pour celui-ci.»

PLUS:pc