NOUVELLES

Ebola: le nouveau patron de l'OMS en Afrique est élu

05/11/2014 10:02 EST | Actualisé 05/01/2015 05:12 EST

COTONOU, Bénin - Pendant que l'épidémie de virus Ebola continue à faire des ravages en Afrique de l'Ouest, l'Organisation mondiale de la Santé a élu mercredi son nouveau patron pour l'Afrique.

Le choix de Matshidiso Moeti, une médecin originaire du Botswana qui s'implique depuis longtemps auprès de l'agence onusienne, a été annoncé par la ministre sénégalaise de la Santé, Awa Marie Coll Seck. Mme Seck avait présidé le déroulement du vote, au Bénin.

La docteure Moeti avait été directrice adjointe de l'OMS en Afrique jusqu'en mars.

En Sierra Leone, où l'épidémie est particulièrement robuste, un centre de traitement construit par le Royaume-Uni a ouvert ses portes mercredi, près de la capitale. Le centre Kerry Town compte 80 lits et sera géré par l'agence caritative Save the Children.

Une section plus petite, qui compte actuellement 12 lits mais qui en comptera éventuellement 20, est réservée aux travailleurs de la santé ou internationaux infectés par le virus. Cette section sera dotée de personnel médical militaire britannique.

Une porte-parole de Save the Children a indiqué que les premiers patients sont attendus mercredi.

Un centre de traitement construit par les États-Unis a également été inauguré au Libéria, mercredi, mais les besoins sont particulièrement criants en Sierra Leone.

«La Sierra Leone n'a pas suffisamment de lits pour répondre à l'ampleur de la crise d'Ebola, a prévenu la secrétaire britannique au développement international, Justine Greening. Des hôpitaux refusent des patients, ce qui réduit leurs chances de survie et permet à la maladie de se propager.«

La docteure Moeti s'est dit confiante que l'épidémie, qui a déjà fait près de 5000 morts, aura été maîtrisée d'ici trois mois.

«J'espère que le situation (de l'Ebola) se sera améliorée d'ici à ce que j'entre en fonction en février 2015», a-t-elle déclaré aux journalistes.

Elle a ajouté que les systèmes de santé de la Sierra Leone, du Libéria et de la Guinée devront être reconstruits après avoir été décimés par l'épidémie. Il faudra aussi améliorer la réponse à la prochaine épidémie d'Ebola, notamment en ce qui concerna les systèmes d'avertissement et les mécanismes de surveillance, a dit la docteure Moeti.

Le directeur sortant de l'OMS en Afrique, le médecin angolais Luis Sambo, a été pointé du doigt pour la réponse malhabile de l'OMS à la pire épidémie d'Ebola de toute l'histoire. Un document interne de l'OMS obtenu par l'Associated Press le mois dernier critiquait vertement le personnel en place en Afrique.

Le premier ministre australien Tony Abbott a annoncé mercredi que son pays enverra des travailleurs de la santé en Sierra Leone d'ici la fin du mois. Ces travailleurs oeuvreront dans un centre de traitement d'une centaine de lits que le Royaume-Uni est à construire dans ce pays. M. Abbott a expliqué avoir conclu avec Londres une entente qui garantit des soins à ces travailleurs, si jamais ils sont infectés par le virus. L'Australie refusait depuis des semaines d'envoyer des employés médicaux en Afrique de l'Ouest.

L'OMS dit avoir besoin de 4000 travailleurs de la santé nationaux et de 500 internationaux pour combattre le virus.

En Espagne, l'aide-infirmière Teresa Romero doit obtenir son congé de l'hôpital au cours des prochaines heures. Mme Romero avait été infectée par le virus en soignant un missionnaire malade rapatrié au pays.

PLUS:pc