NOUVELLES

Zambie: Scott renoncer à congédier Lungu

04/11/2014 08:15 EST | Actualisé 04/01/2015 05:12 EST

LUSAKA, Zambie - Le président intérimaire de la Zambie a renoncé mardi à congédier le chef du parti au pouvoir, dans l'espoir de désamorcer une querelle politique qui a donné lieu à des émeutes pendant la nuit.

L'annonce a été faite par le président intérimaire Guy Scott, un Blanc d'origine écossaise qui a été nommé après le décès du président Michael Sata, et par Edgar Lungu, que M. Scott avait voulu virer de son poste de secrétaire général du parti Front patriotique.

Policiers et manifestants s'étaient affrontés lundi soir après que M. Scott ait voulu limoger M. Lungu.

M. Scott est revenu sur sa décision au terme d'une rencontre houleuse pendant laquelle les principaux dirigeants du parti lui ont demandé de ramener M. Lungu, qui est aussi le ministre de la Défense du pays et qui pourrait briguer la présidence.

La Constitution zambienne prévoit la tenue d'une élection présidentielle dans les 90 jours suivant le décès du président. M. Sata est décédé le 28 octobre dans un hôpital de Londres, au terme d'une longue maladie.

M. Scott, l'ancien vice-président du pays, dit ne pas être intéressé par la présidence et serait de toute manière inéligible, puisque ses parents sont nés à l'extérieur de la Zambie.

Des émeutes ont éclaté lundi soir à travers la capitale, Lusaka, et notamment près de l'Université de Zambie et d'un édifice gouvernemental où on rendait hommage à la mémoire de M. Sata. Des manifestants ont attaqué cet édifice avec des pierres, des machettes et d'autres armes, et les forces de l'ordre ont répliqué avec des gaz lacrymogènes.

Le calme avait été rétabli mardi.

M. Lungu estimait que son congédiement était illégal et accusait M. Scott d'avoir insulté la culture zambienne. M. Lungu était président intérimaire au moment du décès de M. Sata.

La dépouille de M. Sata est exposée en chapelle ardente jusqu'au jour de ses funérailles, le 11 novembre.

PLUS:pc