NOUVELLES

Prostitution: une jeune fille de 18 ans écope de plus de six ans de détention

04/11/2014 11:21 EST | Actualisé 04/01/2015 05:12 EST

OTTAWA - Un juge d'Ottawa a imposé une peine d'emprisonnement de six ans et demi à une soi-disant tête dirigeante d'un réseau de prostitution de mineures après avoir décidé qu'elle était admissible à écoper d'une sentence pour adultes.

En raison du temps passé en détention préventive, celle qui est maintenant âgée de 18 ans devra passer trois ans derrière les barreaux.

Plus tôt cette année, elle avait été reconnue coupable de 27 chefs d'accusation, dont traite de personnes, agression sexuelle et production et possession de pornographie.

Même si elle n'était âgée que de 15 ans au moment de son arrestation, la juge Diane Lahaie a indiqué qu'il était clair que cette dernière était à la tête d'un réseau bien organisé de traite de personnes.

Les avocats de l'adolescente espéraient une peine pour mineurs, mais la Couronne demandait de son côté une sentence pour adultes.

La juge Lahaie a affirmé qu'une sentence pour mineurs ne refléterait pas la gravité des crimes commis par l'adolescente et ne la tiendrait pas responsable de ses actes.

La jeune femme a complété des cours d'études secondaires pendant sa détention. Elle dit vouloir devenir ergothérapeute et faire du jardinage durant ses temps libres. Mais la juge Lahaie considère qu'il s'agissait d'une stratégie pour bien paraître et obtenir une sentence plus clémente.

«Votre conduite est ignoble», a-t-elle dit avant d'ajouter que tous les outils et ressources nécessaires à sa réhabilitation seraient disponibles en prison. «Bonne chance», a ajouté Mme Lahaie.

La jeune femme est restée de glace durant la lecture de sa peine. Cette dernière aurait utilisé les réseaux sociaux pour attirer des jeunes filles âgées entre 13 et 17 ans avant de les forcer à se prostituer. Arrêtée en 2012, elle était détenue depuis. Deux autres adolescents ont également plaidé coupable à une kyrielle d'accusations dans ce dossier.

Dans la salle, les victimes et leurs familles ont semblé soulagées d'apprendre qu'elle écoperait d'une sentence pour adultes. La détective Carolyn Botting, une des inspectrices ayant mené le dossier, a affirmé que les familles des victimes étaient «très heureuses du verdict». À l'extérieur de la salle du tribunal, elle a ajouté que ce procès devrait servir de leçon. «Cela n'arriverait jamais si les hommes arrêtaient d'acheter des jeunes filles pour du sexe. Nous ne serions même pas ici aujourd'hui et il faut que ça change.»

L'avocat de la défense, Ken Hall, a affirmé que sa cliente était déçue, mais qu'elle n'avait pas peur. Il ignore s'il interjetera appel ou non.

La semaine prochaine, une audience déterminera où la sentence sera purgée.

PLUS:pc