NOUVELLES

L'ex-maire d'Iguala et sa femme sont arrêtés relativement aux étudiants disparus

04/11/2014 12:14 EST | Actualisé 04/01/2015 05:12 EST

MEXICO - La police fédérale mexicaine a arrêté tôt mardi matin l'ex-maire d'Iguala et sa femme, tous deux accusés d'avoir ordonné l'attaque contre des étudiants d'une école normale qui a fait six morts et 43 disparus, le 26 septembre dernier.

Jose Luis Abarca et sa femme, Maria de los Angeles Pineda, ont été arrêtés à Ixtapalapa, un quartier ouvrier dans l'est de Mexico, a indiqué la police sur Twitter. Le couple était interrogé mardi dans les bureaux du procureur général. Au moins 56 autres personnes ont été arrêtées jusqu'ici relativement à cette affaire; le chef de police d'Iguala, dans le sud du pays, est toujours recherché.

L'arrestation de l'ex-maire Abarca et de sa femme pourrait aider à retrouver les étudiants disparus, a indiqué le nouveau gouverneur de l'État du Guerrero, Rogelio Ortega. Son prédécesseur, Angel Aguirre, a démissionné la semaine dernière au milieu de ce scandale qui a provoqué des manifestations dans tout le pays.

Les étudiants de ce collège rural voué à la formation des maîtres étaient venus à Iguala pour recueillir des fonds, et les autorités mexicaines pensent que le maire Abarca a ordonné l'attaque parce qu'il croyait que ces jeunes gens étaient là pour perturber un discours de sa femme. Les autorités croient aussi que l'attaque a été perpétrée par des policiers à la solde du cartel de la drogue Guerreros Unidos, dont Mme Pineda ferait partie.

Avant de prendre la fuite, Abarca avait soutenu à la presse qu'il avait demandé aux policiers de laisser les étudiants tranquilles. Mais comme il était depuis en fuite, les autorités ont conclu que c'est le couple qui avait ordonné l'attaque, et qu'il dirigeait la ville comme un fief, en collaboration avec Guerreros Unidos. Le maire Abarca touchait à intervalles réguliers des pots-de-vin de 2 à 3 millions de pesos (150 000 $ à 220 000 $ US), notamment pour maintenir une force policière corrompue, selon le procureur général Jose Murillo Karam.

Le cartel Guerreros Unidos s'est tourné de plus en plus récemment vers la lucrative culture du pavot à opium, dont il tire une pâte vendue ensuite à une raffinerie d'héroïne destinée aux États-Unis, selon un représentant fédéral.

Les recherches pour retrouver les étudiants disparus ont permis jusqu'ici de mettre au jour une fosse commune sur les hauteurs entourant Iguala, mais les 30 corps découverts à cet endroit ne sont pas ceux des jeunes gens de l'école normale, même s'ils n'ont pas été autrement identifiés. La semaine dernière, les recherches se sont déplacées vers un ravin près d'un dépotoir de Cocula, en banlieue d'Iguala.

PLUS:pc