NOUVELLES

Les tirs CF-18 ont détruit l'équipement des djihadistes, indiquent les autorités

04/11/2014 05:14 EST | Actualisé 04/01/2015 05:12 EST

KOWEÏT, Koweït - Les tirs des CF-18 canadiens en Irak, dimanche dernier, ont détruit de l'équipement de construction appartenant aux combattants du groupe armé État islamique (ÉI), a indiqué un porte-parole du Commandement des opérations interarmées du Canada.

Le lieutenant-général Jonathan Vance a précisé dans une conférence de presse, mardi, que les forces du groupe ÉI voulaient notamment utiliser cet équipement pour renforcer leur contrôle à Falloujah, à l'ouest de Bagdad.

Les combattants du groupe ÉI reconstruisaient aussi un barrage pour inonder une partie de la région, afin de forcer les irakiens à utiliser les routes minées et d'empêcher les habitants de la région de se ravitailler en eau.

Les soldats irakiens mènent une offensive dans la région depuis la fin du mois de septembre.

Le lieutenant-général n'a pas voulu révéler combien de bombes avaient été larguées ni si des djihadistes avaient été tués dans l'opération. Il a toutefois précisé qu'aucun civil n'avait perdu la vie.

Par ailleurs, des documents américains suggèrent que la mission pour repousser les combattants du groupe ÉI pourrait se poursuivre au moins jusqu'à la fin de 2015.

Une contre-offensive des soldats irakiens, soutenue par des conseillers américains et les forces aériennes de la coalition internationale ne sera pas lancée avant le printemps prochain, selon le New York Times.

Les soldats kurdes et irakiens tenteront alors de couper l'accès des routes aux djihadistes pour qu'ils restent isolés dans leurs forteresses et qu'ils finissent par manquer de ressources, ce qui n'arrivera sûrement pas avant la fin de l'année prochaine.

Le général américain Ray Odierno a même suggéré à la chaîne américaine CNN que les combats pourraient s'échelonner sur quatre ans.

Contrairement à son homologue américain, le lieutenant-général Vance n'a pas voulu s'avancer sur la durée de la mission.

«Le combat contre le groupe armé État islamique sera mené par les Irakiens eux-mêmes et c'est pour cette raison que nous les soutenons (...) Les forces irakiennes veulent évidemment procéder à leurs opérations offensives le plus tôt possible», a-t-il indiqué.

Il a ajouté qu'une mission de formation pouvait durer de six mois à un an.

Plusieurs pays de la coalition considèrent la possibilité de former non seulement des soldats irakiens, mais aussi des policiers locaux, qui assumeraient un rôle semblable à celui des membres de la Garde nationale américaine.

Le gouvernement Harper ne s'est pas encore prononcé sur une telle possibilité.

Jusqu'à maintenant, la coalition menée par les États-Unis n'a pas réclamé l'aide du Canada en Syrie.

Depuis le début de l'intervention canadienne il y a deux semaines, les avions chasseurs ont participé à 18 missions. Les deux avions CP-140 Aurora ont transporté cinq vols de surveillance, dont un a mené à des tirs des pays occidentaux vers la base de al-Qaim, près de la frontière syrienne.

L'armée américaine a d'ailleurs bombardé cette région dimanche, détruisant quatre édifices et quatre véhicules appartenant au groupe armé État islamique.

PLUS:pc