NOUVELLES

Les coûts du projet Keystone XL vont atteindre 8 milliards $US, dit TransCanada

04/11/2014 01:56 EST | Actualisé 04/11/2014 01:56 EST
ASSOCIATED PRESS
FILE - In this May 24, 2012 file photo, some of about 500 miles worth of coated steel pipe manufactured by Welspun Pipes, Inc., originally for the Keystone oil pipeline, is stored in Little Rock, Ark. In a move that disappointed environmental groups and cheered the oil industry, the Obama administration on Jan. 31, 2014, said it had no major environmental objections to the proposed Keystone XL pipeline from Canada. (AP Photo/Danny Johnston)

CALGARY _ Les coûts estimés du controversé projet d'oléoduc Keystone XL ont bondi de moitié pour atteindre 8 milliards $ US, a indiqué mardi TransCanada (TSX:TRP), alors que le processus réglementaire du projet entre dans sa septième année aux États-Unis.

En soumettant les détails de son projet aux autorités réglementaires américaines, la société albertaine avait estimé que Keystone XL coûterait 5,4 milliards $ US, mais elle a indiqué à maintes reprises que plus elle devait attendre, plus les coûts du projet allaient grimper.

En date du 30 septembre dernier, TransCanada avait injecté 2,4 milliards $ dans ce projet d'oléoduc.

Keystone XL permettrait à TransCanada de transporter quotidiennement 830 000 barils de pétrole _ principalement en provenance des sables bitumineux de l'Alberta _ vers les raffineries de la côte du Golfe.

La majorité des opposants à ce projet dénoncent ce qui sera transporté par l'oléoduc, soit du pétrole des sables bitumineux.

Les écologistes ont déjà exhorté le président américain Barack Obama à se prononcer contre Keystone XL, ce qui, selon eux, serait une preuve de sa détermination à lutter contre les changements climatiques.

TransCanada a par ailleurs indiqué son intention d'étendre son système de transport de gaz naturel Nova d'ici 2017 dans le cadre d'un projet évalué à 2,7 milliards $.

Ce gazoduc transporte déjà près des trois quarts du gaz naturel produit dans le bassin sédimentaire, où se trouvent les principales réservés énergétiques de l'Alberta, mais la société a indiqué mardi que la demande pour une plus grande capacité s'était manifestée.

Selon la société établie à Calgary, ce projet lui permettra de transporter davantage de gaz naturel depuis des endroits moins conventionnels dans le nord-ouest de l'Alberta et le nord-est de la Colombie-Britannique, vers différents endroits au Canada ainsi qu'aux États-Unis.

TransCanada aura besoin de l'approbation des autorités réglementaires. Elle a l'intention de soumettre son projet à l'Office national de l'énergie d'ici le troisième trimestre de l'exercice 2015.

L'entreprise espère pouvoir aller de l'avant avec la phase de construction en 2016 et que les changements soient complétés avant le deuxième trimestre de l'exercice 2017.

La société a par ailleurs indiqué qu'elle franchirait une nouvelle étape dans le dossier de son gazoduc qui passe dans le sud de l'Ontario, plus précisément dans les régions de Toronto et de Hamilton.

Les modifications dans ce segment du gazoduc de TransCanada, surnommé le triangle de l'Est, sont évaluées à 475 millions $.

Quant à ses résultats du troisième trimestre, l'entreprise a dévoilé des profits de 457 millions $, ou 64 cents par action, ainsi que des revenus de 2,45 milliards $.

À la même période l'an dernier, TransCanada avait engrangé des profits de 481 millions $, ou 68 cents par action, alors que son chiffre d'affaires s'était établi à 2,20 milliards $.

Sur une base ajustée, le bénéfice de la société pétrolière a été de 450 millions $, ou 63 cents par action, en hausse par rapport à 447 millions $, ou 63 cents par action, lors du troisième trimestre de l'exercice 2013.

Cette performance a surpassé les prévisions des analystes sondés par Thomson Reuters, qui s'attendaient en moyenne à un profit ajusté par action de 61 cents.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Comprendre les projets de pipelines