NOUVELLES

Le secondeur des Steelers James Harrison connaît un regain de vie

04/11/2014 05:06 EST | Actualisé 04/01/2015 05:12 EST

PITTSBURGH, États-Unis - Le ballon du match était là, dans un casier doré, afin de souligner la renaissance d'une carrière que personne n'avait envisagée.

Pas même James Harrison.

Il y a deux mois, le secondeur des Steelers de Pittsburgh était chez lui, épuisé après avoir passé plus d'une décennie à porter le titre de joueur le plus craint de la NFL.

À 36 ans, son étonnante renaissance a permis à son équipe, qui connaissait une saison en dents de scie jusqu'ici, d'espérer accéder aux éliminatoires.

Il est passé du rôle de spectateur devant sa télévision à celui de menace dans le champ arrière des Ravens de Baltimore en huit semaines seulement. Il montre à peine quelques signes de ralentissement, même si le footballeur, qui a participé à cinq Pro Bowls en carrière, minimise son rôle dans l'efficacité retrouvée d'une défensive qui était devenue poreuse.

«Certes, je suis vieux et lent, mais (Dieu) me guide toujours», a lancé Harrison.

Peu importe qui le guide, les résultats sont étrangement familiers. Cinq ans après avoir atteint le sommet de sa carrière lors de son premier séjour à Pittsburgh, Harrison fait de nouveau «les choses que fait James Harrison», comme le dit si bien l'entraîneur-chef Mike Tomlin.

C'est-à-dire semer le chaos partout où il passe.

Un an après avoir connu une saison décevante à Cincinnati, Harrison confirme, à chaque fois qu'il traverse la ligne de mêlée en direction du quart adverse, qu'il a pris la bonne décision en effectuant un dernier tour de piste avec les Steelers.

Il a enregistré quatre sacs à ses deux derniers matchs, dont deux dans une étonnante victoire de 43-23 contre les Ravens dimanche soir. Ce gain a d'ailleurs permis aux Steelers de présenter une fiche de 6-3, à l'approche de leur visite à New York pour y affronter les Jets.

Le secondeur, plutôt inefficace contre le jeu aérien en 2013 avec les Bengals, a donc réussi plus d'un sac dans deux matchs consécutifs pour la première fois depuis 2009, alors qu'il était l'un des meilleurs à sa position dans la NFL.

Dimanche, il a terrorisé Joe Flacco et l'attaque des Ravens. Il l'a notamment forcé à lancer une passe à l'aveuglette qui a abouti dans les mains de Jason Worilds et mis la table pour la deuxième des six passes de touché de Ben Roethlisberger.

Il a ensuite quitté brièvement le jeu en raison d'une élongation au genou droit, mais est revenu à temps pour enregistrer un autre sac au troisième quart — il a saisi une cheville de Flacco et forcé les Ravens à dégager. Même si Flacco a déclaré qu'il «ignorait qui était sur le terrain», son entraîneur l'a remarqué assez facilement.

«Je crois que le no 92 a fait du très bon boulot», a convenu John Harbaugh.

Un point de vue qui est partagé par la défensive des Steelers. Ce n'est pas une coïncidence, même si Harrison répète à qui veut l'entendre qu'il reste beaucoup de travail à accomplir. Et peu importe les résultats des sept derniers matchs du calendrier régulier, ce sera son dernier tour de piste.

«Tout arrive pour une raison, a-t-il philosophé. Ça devait être le chemin que je devais emprunter.»

PLUS:pc