POLITIQUE

Discours en anglais: Couillard s'est comporté en colonisé, selon le PQ

04/11/2014 02:12 EST | Actualisé 04/01/2015 05:12 EST
PC

QUÉBEC - Philippe Couillard s'est comporté en colonisé lors de son récent séjour en Islande, estime le Parti québécois.

L'opposition péquiste blâme le premier ministre pour ne pas avoir prononcé un mot de français lors de son allocution à la conférence Arctic Circle, qui avait lieu à Reykjavik en fin de semaine dernière.

«Entre vous et moi, ça fait colonisé», a lâché le chef intérimaire du Parti québécois, Stéphane Bédard, lors d'un point de presse, mardi, à l'entrée du caucus péquiste.

Le français a beau être la langue officielle du Québec, M. Couillard a jugé plus opportun d'utiliser exclusivement l'anglais devant l'auditoire provenant de divers pays. Il a justifié son unilinguisme anglophone par la nécessité de se faire comprendre par les participants à la conférence. Le premier ministre a aussi minimisé son rôle symbolique de promoteur de la francophonie en disant que le monde entier sait déjà fort bien que les Québécois parlent français.

Pour le leader péquiste, les justifications fournies par M. Couillard ne tiennent pas la route.

«Il ne faut pas se promener très loin pour savoir que les gens sont toujours étonnés d'apprendre qu'au Québec, en Amérique, il y a des gens qui parlent français», a-t-il répliqué.

D'ordinaire, les chefs de gouvernement au Québec, qu'ils soient souverainistes ou fédéralistes, s'assurent de s'exprimer en français à l'étranger, ne serait-ce que pour dire quelques mots. En ce sens, M. Couillard a manqué à son devoir de profiter de la tribune qui lui était offerte pour afficher le fait français en Amérique, pense M. Bédard.

«Dans les forums internationaux, on doit montrer l'exemple, a dit le député de Chicoutimi. Si le Québec ne montre pas l'exemple, qui va le faire?»

La conférence unilingue anglaise du premier ministre en Islande faisait non seulement «colonisée», mais elle révélait aussi, selon le chef du PQ, l'inconfort de M. Couillard devant les enjeux identitaires.

«Sur les questions identitaires, nationales, M. Couillard est très mal à l'aise. Je ne sais pas ça vient d'où», a-t-il noté.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les compressions du gouvernement Couillard