POLITIQUE

Des élèves d'une école juive illégale d'Outremont pourront étudier à la maison

04/11/2014 02:37 EST | Actualisé 04/11/2014 02:38 EST
Godong via Getty Images
Jewish Woman Reading a Torah (Photo by: Godong/Universal Images Group via Getty Images)

Plus de 160 élèves d'une école juive illégale d'Outremont pourront faire leur cour primaire à la maison, en vertu d'une entente conclue entre la procureure générale du Québec et l'Académie Yeshiva Toras Moshe de Montréal. La juge Claudine Roy de la Cour supérieure du Québec a entériné ladite entente mardi.

Ces élèves du primaire pourront donc suivre le programme établi par le ministère de l'Éducation du Québec sous la supervision de leurs parents. Pour sa part, l'Académie Yeshiva Toras Moshe offrira des cours de soutien en mathématiques et en anglais.

Ces élèves du primaire devront passer les examens requis par la commission scolaire English Montréal, mandatée pour les encadrer. L'entente prévoit que les trois

parties, soit le ministère de l'Éducation, l'Académie Yeshiva Toras Moshe et la commission scolaire English Montreal se rencontreront une fois l'an, au mois de novembre, pour assurer un suivi.

L'Académie Yeshiva Toras Moshe s'était vue refuser un permis d'institution d'enseignement privé parce que son projet éducatif et l'organisation de l'enseignement ne respectaient pas les règles prévues dans le Régime pédagogique de la province et le programme de formation de l'école québécoise.

Toutefois l'entente ne contient aucune précision quant au nombre d'heures où les enfants fréquenteront l'Académie pour leur enseignement religieux ou le nombre d'heures que leurs parents devront consacrer à l'enseignement des matières scolaires à la maison.

Le procureur Éric Dufour s'est dit très satisfait de l'entente et mentionne que c'était la façon la plus rapide d'intégrer ces enfants au système scolaire québécois.

L'Académie Yeshiva Toras Moshe appartient à la communauté Satmar, des Juifs hassidiques établis depuis des générations au Québec

Avec les informations d'Anne Louise Despatie

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 10 villes où il fait bon étudier