NOUVELLES

Un conseiller du président polonais s'est porté à la défense de Roman Polanski

03/11/2014 10:35 EST | Actualisé 03/01/2015 05:12 EST

VARSOVIE, Pologne - Un conseiller du chef de l'État polonais a accusé les autorités des États-Unis d«'ignorance absolue» pour avoir réclamé l'arrestation de Roman Polanski, un survivant de l'Holocauste, alors qu'il se trouvait en Pologne, la semaine dernière, pour assister à l'ouverture d'un musée consacré à l'histoire juive.

La justice américaine aurait souhaité que le réalisateur soit alors épinglé pour répondre à des accusations remontant à 1977.

À l'époque, il s'était vu reproché d'avoir eu des rapports sexuels avec une mineure.

Roman Polanski s'est présenté à la cérémonie d'inauguration à Varsovie, le 28 octobre dernier, avant de se diriger vers Cracovie, l'endroit où il a grandi.

Les autorités polonaises l'ont questionné à ce dernier endroit pour donner suite à la requête provenant des États-Unis, mais elles ont refusé d'aller plus loin.

Tomasz Nalecz, un conseiller du président Bronislaw Komorowski, a indiqué qu'il était inapproprié de réclamer l'arrestation d'«un enfant de l'Holocauste» au moment de l'ouverture d'une institution qui met en lumière le fait que la Pologne a longtemps représenté un refuge pour les Juifs avant le déclenchement de la Shoah.

PLUS:pc