NOUVELLES

Les djihadistes du groupe État islamique auraient exécuté 36 personnes en Irak

03/11/2014 10:56 EST | Actualisé 03/01/2015 05:12 EST

BAGDAD - Des djihadistes du groupe armé État islamique (ÉI) ont exécuté publiquement 36 hommes, femmes et enfants sunnites, portant à plus de 200 le nombre de membres de la tribu Al Bou Nimr tués au cours des derniers jours.

Le plus récent massacre a été annoncé par un dirigeant de cette tribu, le cheik Naim al-Gaoud, et corroboré sous le couvert de l'anonymat par un responsable de la province d'Anbar.

Le cheik al-Gaoud affirme que 29 hommes, quatre femmes et trois enfants ont été exécutés d'une balle dans la tête lundi, dans le village de Ras al-Maa, au nord de Ramadi,

Il affirme que plus de 120 familles sont toujours coincées dans ce village.

«Ces massacres se répéteront au cours des prochains jours si le gouvernement et ses forces de sécurité ne viennent pas en aide à ces gens pris au piège», a déclaré le cheik.

Par ailleurs, l'État islamique a revendiqué lundi deux attentats à la bombe qui ont tué 23 pèlerins chiites à Bagdad, la veille. Dans une déclaration diffusée par Internet, le groupe s'est vanté d'avoir réussi cette attaque malgré les mesures de sécurité draconiennes adoptées à l'approche de l'Achoura, une fête religieuse chiite commémorant la mort de l'iman Hussein. Ce dernier est enterré dans la ville irakienne de Kerbala, où des centaines de milliers de pèlerins sont attendus ces prochains jours.

Pour les extrémistes sunnites, les chiites sont des hérétiques. Pour eux, l'Achoura est «l'évènement le plus important des infidèles».

Une porte-parole du Département d'État américain, Jen Psaki, a souligné que les récents massacres contre la tribu Al Bou Nimr et les attentats visant les chiites «prouvent une fois de plus que l'ÉI ne représente rien de plus que son idéologie tordue». Ces attaques fournissent des «preuves supplémentaires, comme si on en avait besoin, démontrant les raisons pour lesquelles nos partenaires de la coalition, y compris les Irakiens de tous les horizons, doivent collaborer pour vaincre les terroristes, a-t-elle ajouté.

Les attaques visant les chiites se sont poursuivies lundi. Ainsi, une bombe a explosé parmi des pèlerins, tuant cinq personnes et en en blessant 11 autres, à Nahrawan, dans la banlieue sud-ouest de Bagdad. Un autre attentat, survenu dans une rue commerciale du district d'Amil, a tué trois autres personnes, ont indiqué les autorités policières.

L'explosion d'une mine artisanale a tué deux soldats irakiens, en banlieue de Bagdad.

Au cours de la soirée, des tirs de mortier ont tué cinq personnes et en a blessé 17 autres à Khazimiya, vers où convergent les pèlerins chiites venant célébrer l'Achoura dans la capitale irakienne.

PLUS:pc