NOUVELLES

La Russie absente d'une rencontre préparatoire au sommet nucléaire de 2016

03/11/2014 08:10 EST | Actualisé 03/01/2015 05:12 EST

VIENNE, Autriche - La Russie pourrait sérieusement nuire aux efforts du président américain Barack Obama pour rendre le monde plus sécuritaire face au terrorisme nucléaire, en ne se présentant pas à une rencontre de préparation au sommet de 2016 sur la sécurité nucléaire.

Des responsables américains et européens qui ont rapporté la nouvelle ne pouvaient préciser si l'absence de représentant de la Russie signifiait que Moscou voulait boycotter le sommet ou s'il s'agissait d'une démonstration ponctuelle de mécontentement face à l'opinion américaine sur le conflit en Ukraine et l'imposition de sanctions économiques à son endroit.

Mais même s'il s'agit de la deuxième option, l'absence de la Russie est importante. Seulement trois ou quatre rencontres de préparation sont prévues d'ici à l'ouverture prévue du sommet au printemps 2016. La Russie étant non seulement un important joueur international, mais surtout une des cinq puissances nucléaires formellement reconnues, sa participation est cruciale.

Selon les sources américaines et européennes, la Russie était la seule des 54 nations ayant participé au dernier sommet, en mars, à être absente de la rencontre préparatoire à Washington.

Le président Obama a initié une série de sommets en 2010 afin de limiter le terrorisme nucléaire. Depuis, le nombre de pays ayant assez de matériel pour construire une arme nucléaire est passé de 39 à 25.

Lors du dernier sommet à La Haye, 35 pays se sont engagés à faire d'orientations internationales sur la sécurité nucléaire des lois nationales dans leur pays, et d'accepter de soumettre leurs procédures de protections des installations nucléaires à des enquêtes indépendantes. Le Japon, la Belgique et l'Italie ont aussi pris de nouveaux engagements de réduction de leurs réserves d'uranium et de plutonium enrichi.

PLUS:pc