NOUVELLES

Des pays arabes s'allieraient face aux militants islamistes

03/11/2014 01:42 EST | Actualisé 03/01/2015 05:12 EST

LE CAIRE, Égypte - L'Égypte, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Koweït envisagent de former une nouvelle alliance militaire pour affronter les militants islamistes, selon ce qu'a appris l'Associated Press.

Cette alliance comprendrait la création d'une force commune pour intervenir à travers le Moyen-Orient.

L'alliance ferait aussi contrepoids à son éternelle rivale, la puissante Iran contrôlée par les Chiites. Un dirigeant militaire égyptien a précisé que la nouvelle force pourrait notamment intervenir en Libye, où des militants islamistes se sont emparés de plusieurs villes, et au Yémen, où des rebelles chiites possiblement associés à l'Iran ont pris le contrôle de la capitale.

Les grandes puissances sunnites du Moyen-Orient perçoivent de plus en plus les militants islamistes comme une menace.

Trois responsables militaires égyptiens ont révélé quelques détails concernant les discussions en cours, tandis qu'un quatrième a confirmé qu'elles se déroulent.

Les discussions portant sur une éventuelle alliance face aux islamistes seraient très avancées, tandis que l'éventualité d'une force d'intervention commune serait plus distante. Il y aurait des divergences sur la taille de la force, son financement et son siège social et sur le besoin de mener ou non les opérations sous l'égide politique de la Ligue arabe ou des Nations unies, a précisé un responsable égyptien.

Le fait que ces pays envisagent une force militaire conjointe illustre un désir d'aller au-delà de la Coalition internationale que les États-Unis ont rassemblée pour mener une guerre aérienne contre le groupe armé État islamique en Irak et en Syrie.

L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont participé à ces frappes.

Les responsables ont fait savoir que le projet n'avait pas pour objectif d'intervenir en Irak ou en Syrie mais plutôt d'agir séparément pour s'occuper d'autres nids d'extrémistes.

Les dernières tentatives d'avoir une force militaire regroupant les pays arabes avaient échoué.

Même s'il n'y a pas d'entente sur une force conjointe, l'alliance pourrait coordonner des actions militaires visant des interventions rapides et précises contre des militants plutôt que des missions de longue durée, ont-ils dit.

Les responsables disent avoir aussi approché la Jordanie et l'Algérie.

Interrogé à savoir si les États-Unis étaient au courant des discussions, le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, a déclaré qu'ils n'étaient pas partie aux discussions, sans plus élaborer.

L'annonce sera faite seulement lorsque tout sera ficelé et qu'une entente sera conclue sur tous les points, a déclaré le plus senior des responsables égyptiens contactés.

PLUS:pc