NOUVELLES

Les régions séparatistes de l'Ukraine aux urnes dimanche

02/11/2014 10:09 EST | Actualisé 02/01/2015 05:12 EST

DONETSK, Ukraine - Les résidents de régions contrôlés par les séparatistes en Ukraine ont tenu dimanche des élections, vivement dénoncées par la communauté internationale, pour élire leurs présidents et leurs parlements.

L'élection d'Alexandre Zakhartchenko comme chef de l'autoproclamée République populaire de Donetsk était tenue pour acquise. Dimanche, il a déclaré espérer que le vote apporterait la paix dans la région où les combats ont fait 4000 morts.

Tard dimanche, le directeur de la commission électorale rebelle, Roman Liagine, a indiqué que M. Zakhartchenko menait la course avec plus de 70 pour cent des voix, avec environ la moitié des votes de dépouillés.

Il n'était pas possible de connaître le taux de participation exact, puisque les autorités rebelles n'ont pas accès aux registres nationaux. M. Liagine a affirmé que 350 bureaux de vote étaient ouverts, et que 1,4 millions de personnes étaient admissibles au vote.

Dans la principale ville rebelle, Donetsk, le vote s'est fait en présence d'hommes armés dans trois bureaux de vote visités par l'Associated Press.

Malgré un accord de cessez-le-feu conclu en septembre entre les séparatistes prorusses et le gouvernement, les affrontements ont lieu presque quotidiennement dans la région. Les autorités de la sécurité croient et répètent que les forces rebelles sont fournies par la Russie. Dimanche, elles ont indiqué avoir remarqué des entrées intensives d'armes et de soldats de la Russie. Moscou nie toutes ces allégations.

Les organisateurs électoraux ont affirmé que le vote serait une étape décisive dans la séparation de Donetsk et Luhansk, des régions principalement russophones, de l'Ukraine. Environ la moitié de ces territoires est contrôlée par les forces séparatistes.

L'ONU, l'Union européenne et les États-Unis s'opposent à ces élections, affirmant qu'elles violent la Consitution de l'Ukraine et les conditions du cessez-le-feu.

L'approche du vote a donné lieu à une intensification des hostilités à Donetsk, mais tout semblait calme dimanche.

PLUS:pc