NOUVELLES

Nigeria: les écolières kidnappées ont été mariées, dit Boko Haram dans une vidéo

01/11/2014 11:00 EDT | Actualisé 01/01/2015 05:12 EST

MAIDUGURI, Nigeria - Le chef du groupe islamiste Boko Haram déclare dans une vidéo que toutes les écolières kidnappées au Nigeria ont été converties à l'islam et mariées.

De plus, le chef nie tout accord de cessez-le-feu avec le gouvernement.

Dans cette vidéo publiée tard vendredi soir, Abubakar Shekau met fin aux espoirs d'un échange de prisonniers du gouvernement contre les filles, enlevées de leur école en avril dernier.

Sur les 276 élèves kidnappées à Chibok, dans le nord du Nigeria, quelques dizaines ont réussi à s'échapper, mais 219 sont toujours introuvables.

Le gouvernement a été lourdement critiqué par la communauté internationale, qui lui a reproché de ne pas agir assez rapidement pour les retrouver.

Des rapports non confirmés ont indiqué que les filles avaient été séparées en plusieurs petits groupes et que quelques-unes pourraient avoir été amenées au Tchad ou au Cameroun.

«La question des filles est oubliée depuis longtemps, parce que je les ai mariées depuis longtemps», dit un Abubakar Shekau hilare, dans la vidéo.

Il menace aussi d'exécuter un travailleur en développement allemand, enlevé en juillet. La semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères de l'Allemagne avait affirmé à des journalistes qu'il n'avait pas d'information nouvelle sur le sort de l'homme.

Le gouvernement nigérian soutient avoir négocié en octobre avec deux chefs de Boko Haram au Tchad, sous la supervision du président Idriss Deby. Il avait alors déclaré être confiant que les filles seraient libérées sous peu. Cependant, Boko Haram comprend plusieurs ramifications.

Un accord de cessez-le-feu avait aussi supposément été conclu, durant ces discussions. Mais les attaques et les enlèvements du groupe islamiste continuent. Cette semaine, les rebelles ont assiégé Mubi, une ville de plus de 200 000 habitants.

La vidéo d'Abubakar Shekau mine encore davantage la crédibilité du gouvernement du président Goodluck Jonathan, qui a annoncé jeudi sa candidature aux élections présidentielles du 14 février 2015.

PLUS:pc