NOUVELLES

Le groupe État islamique exécute 50 membres d'une tribu en Irak

01/11/2014 09:44 EDT | Actualisé 01/01/2015 05:12 EST

BAGDAD - Des militants du groupe extrémiste État islamique (ÉI) ont exécuté au moins 50 hommes et femmes d'une tribu dans la province d'Anbar en Irak, ont rapporté samedi les autorités.

La fusillade a eu lieu tard vendredi, dans le village de Ras al-Maa, au nord de la capitale provinciale, Ramadi, a précisé le conseiller Faleh al-Issawi.

Il s'agit du plus récent massacre du groupe islamiste armé, qui a accusé les hommes et les femmes de la tribu Al Bu Nimr de se venger d'avoir été déplacés de leur village lorsque le groupe a assiégé la ville de Hit le mois dernier, a expliqué M. al-Issawi.

Selon le conseiller, ces meurtres arrivent presque quotidiennement depuis la prise de contrôle par le groupe État islamique, et ils continueront de se produire jusqu'à ce que le groupe terroriste soit arrêté.

Un responsable du gouvernement d'Anbar a confirmé le bilan du massacre.

Jeudi, les autorités avaient trouvé les corps de 48 hommes de tribus sunnites, également tués par le groupe ÉI.

Les militants de l'ÉI ont pris le contrôle d'une grande partie de la province d'Anbar. Son territoire s'étend présentement sur environ un tiers de l'Irak et de la Syrie. Les autorités du gouvernement irakien, ainsi que ceux de la coalition internationale menée par les États-Unis qui cible les extrémistes par voie aérienne, savent et répètent que les tribus irakiennes sont stratégiques dans la bataille contre le groupe ÉI, puisqu'elles sont capables de pénétrer dans des zones inaccessibles par les forces aériennes et terrestres.

Par ailleurs, samedi, la mission de l'ONU à Bagdad a affirmé qu'au moins 1273 Irakiens avaient perdu la vie dans les combats en octobre, soit une légère augmentation par rapport au mois dernier. Ces chiffres ne comprennent toutefois pas les décès dans la province d'Anbar et dans d'autres régions contrôlées par les militants de l'État islamique.

PLUS:pc