NOUVELLES

Burkina Faso: Isaac Yacouba Zida est nommé président intérimaire à l'unanimité

01/11/2014 10:08 EDT | Actualisé 01/01/2015 05:12 EST

OUAGADOUGOU, Burkina Faso - L'armée du Burkina Faso a nommé le lieutenant-colonel Isaac Yacouba Zida comme président de transition, samedi, après la démission soudaine du président Blaise Compaoré après 27 ans au pouvoir.

M. Zida a été nommé unanimement par l'armée pour diriger le Burkina Faso, a dit l'armée dans une déclaration. La «forme et la durée» de la période de transition seront déterminées plus tard, après discussions avec d'autres responsables du pays, précise la déclaration signée après que les dirigeants de l'armée eurent rencontré le chef d'état-major samedi.

Vendredi, Blaise Compaoré a démissionné du pouvoir après que des manifestants eurent pris d'assaut et incendié le parlement. Son départ laisse le pays en état d'incertitude.

La Côte d'Ivoire a confirmé avoir accueilli M. Compaoré, sa famille et ses proches, sans fournir plus de détails. Le communiqué du bureau du président Alassane Ouattara indique que ce dernier suit les événements au Burkina Faso voisin «avec une attention particulière».

Plus tôt samedi, le lieutenant-colonel Isaac Yacouba Zida a indiqué à la radio que la démission du président de longue date en plein climat de violence populaire était une «insurrection», et non un coup d'État. Il avait alors annoncé qu'il prendrait les rênes de l'État durant la transition du pays. Il assurait aussi que M. Compaoré et un proche employé étaient tous deux en sécurité.

M. Zida était le second commandant du régiment de la sécurité présidentielle. Au sein de l'armée depuis plus de 20 ans, il était près du président et apprécié des soldats de rangs inférieurs. Le lieutenant-colonel a exhorté la communauté internationale, et notamment l'Union africaine, à soutenir le peuple du Burkina Faso «durant cette épreuve difficile». Les frontières du pays ont été fermées, un comité de transition a été mis sur pied et la Constitution du pays a été suspendue.

Les États-Unis ont demandé à l'armée burkinabè de suivre «le procédé constitutionnellement mandaté pour le transfert du pouvoir» et de tenir des élections démocratiques.

«Nous condamnons toute tentative par l'armée ou d'autres parties de profiter de la situation pour faire des gains inconstitutionnels et nous appelons toutes les parties à respecter l'appui du peuple pour un procédé démocratique», a déclaré la porte-parole du département d'État américain, Jen Psaki.

Blaise Compaoré a accédé au pouvoir en octobre 1987 après le coup d'État contre le président Thmoas Sankara, un ami et allié politique de longue date de M. Compaoré. M. Sankara a été tué dans l'opération.

PLUS:pc