NOUVELLES

Justin Bourque écope de 75 ans de prison

31/10/2014 06:27 EDT | Actualisé 31/10/2014 06:27 EDT
Radio-Canada

Le juge en chef de la Cour du Banc de la Reine, David Smith a annoncé que Justin Bourque écopait de 75 ans de prison sans possibilité de libération. C'est une peine historique que le juge Smith a prononcé, vendredi.

Justin Bourque ne pourra faire de demande de libération avant l'âge de 99 ans. Il s'agit du premier canadien de l'histoire à écoper d'une telle peine. Ce dernier est resté de glace lorsque le juge Smith a prononcé sa peine.

Sa famille et ses proches étaient rassemblés au fond de la salle de cour et ont quitté rapidement après que le juge eut prononcé la peine. Dans la salle, le calme régnait lorsque le juge Smith a quitté la salle.

Ce dernier est d'abord revenu sur les accusations qui pesaient contre l'accusé. Il a fait un retour sur les événements du 4 juin 2014.

En cour, Justin Bourque est resté calme, le regard de glace. Il a écouté le juge énumérer les faits qui ont mené aux événements.

« Ce crime est historique et la peine doit refléter la gravité des actions de l'accusé. » — Le juge David Smith

Le juge Smith a souvent rappelé les consommations de marijuana de l'accusé et son affection pour les jeux vidéos violents. Il a longuement expliqué les conséquences des changements à la loi par le gouvernement fédéral en 2011.

Le magistrat a également qualifié le crime commis par Justin Bourque d'historique. Il a notamment conclu que l'accusé n'avait montré aucun remords avant qu'il ne prenne la parole mardi. Justin Bourque avait alors dit être désolé des actes qu'il a commis.

Près d'une heure avant le début du prononcé, plusieurs membres des médias, du public et des familles des proches touchés par la tragédie attendaient patiemment devant le tribunal.

Des dirigeants de la GRC ont annoncé qu'ils réagiraient à la peine imposée à Justin Bourque pour les crimes qu'il a commis.

Afficher en mode plein écran


Une peine historique

Justin Bourque a plaidé coupable, en août, à trois chefs d'accusation de meurtre prémédité et deux de tentative de meurtre, à la suite de la fusillade du 4 juin à Moncton.

La Couronne a conclu sa plaidoirie, mardi, en demandant une sentence de prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 75 ans.

Le procureur Cameron Gunn a précisé qu'une sentence de 25 ans avec possibilité de libération conditionnelle serait « complètement inappropriée ».

Selon Cameron Gunn, Bourque a démontré n'avoir aucun remord pendant son interrogatoire avec les policiers datant du 6 juin.

La Couronne a ajouté que le crime de Bourque était l'un des plus haineux de l'histoire canadienne et que le tireur aurait abattu davantage de policiers s'il avait pu.

L'avocat de Justin Bourque, David Lutz, a répliqué en demandant une possibilité de libération conditionnelle après 50 ans pour son client.

David Lutz a précisé que l'accusé admettait presque tous les faits présentés en cour depuis lundi, exception faite d'une partie de déclaration d'un témoin.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Fusillade à Moncton (4-5 juin 2014)