NOUVELLES

Weaver et Poje forment maintenant le duo à surveiller en danse au Canada

30/10/2014 07:22 EDT | Actualisé 30/12/2014 05:12 EST

KELOWNA, C.-B. - Les Canadiens Kaitlyn Weaver et Andrew Poje ont tenté de rattraper leurs compatriotes Tessa Virtue et Scott Moir pendant un peu moins d'une décennie. Mais maintenant que les anciens champions olympiques en danse ont décidé de s'éloigner des patinoires cette saison — Virtue et Moir pourraient même prendre leur retraite — ces éternels seconds se retrouvent soudainement propulsés au rang de favoris non seulement au pays, mais à l'échelle internationale.

Les réflecteurs seront dorénavant braqués vers Weaver et Poje, et le duo canadien, septième aux Jeux olympiques de Sotchi en février dernier, ne cherche pas à les éviter.

«En somme, nous avons oeuvré dans l'ombre de Tessa et de Scott, ce qui nous a énormément motivés. Je ne pense pas que nous formerions le même genre de duo si notre carrière avait emprunté une autre direction, a reconnu Weaver.

«Mais c'est notre tour maintenant», avise-t-elle.

Weaver et Poje, quadruples médailles d'argent derrière Virtue et Moir lors des Championnats canadiens, sont les favoris de la compétition Skate Canada International qui se tiendra ce week-end à Kelowna, sans un autre grand nom du patinage artistique au pays, soit Patrick Chan.

Après chaque édition des Jeux olympiques, le portrait du patinage artistique se transforme, mais plus encore en danse que dans n'importe quelle autre épreuve. Il s'agit d'une discipline qui a été largement dominée par Virtue et Moir, ainsi que par les Américains Meryl Davis et Charlie White, qui ont également décidé de prendre congé en 2014-2015.

Pendant que ces deux tandems alternaient entre les premières et deuxièmes positions, et ce depuis les Jeux de Vancouver en 2010, Weaver et Poje ont attendu patiemment et travaillé.

«En tant que duo, nous espérions nous améliorer et, un jour, devenir l'équipe numéro un. Nous sommes heureux de pouvoir tenir les rênes et nous apprécions la sensation, mais nous voulons continuer de travailler avec ardeur afin de croître, et de savoir jusqu'où nous pouvons aller», a confié Poje.

Si le fait de devenir le tandem numéro un au Canada signifie une pression accrue et des attentes plus élevées, Weaver et Poje se sentent en mesure d'affronter un tel défi.

«Nous croyons avoir acquis de la maturité, nous nous sentons prêts et en ce qui a trait à l'étiquette de numéro un, c'était comme ça aux Championnats du monde (le printemps dernier), et il en sera de même encore cette année», a observé Weaver.

Weaver et Poje se sont classés au deuxième rang lors des Championnats du monde, auxquels n'avaient pas participé les tandems Virtue-Moir et Davis-White. L'équipe canadienne avait été devancée par les Italiens Anna Cappellini et Luca Lanotte.

Mais cette année, la lutte pour les grands honneurs devrait regrouper de nombreux duos, et pas seulement deux.

«C'est emballant, et plutôt différent, a déclaré Weaver. Le fait que plusieurs équipes puissent aspirer à remporter les Championnats du monde devrait générer beaucoup d'attention aux compétitions de danse artistique. Mais nous ne pouvons négliger quelque détail que ce soit. C'est toujours ce que nous essayons de faire, mais c'est encore plus important maintenant que nous aspirons à devenir la meilleure équipe au monde. Pour ce faire, nous allons devoir être encore meilleurs à plusieurs niveaux.»

PLUS:pc